slow life nomade voyage armenie 2021 découverte parc nature bars restaurant culture

Je poste moins sur le blog les détails de mon quotidien depuis le début de l'année. J'ai décidé que cette partie serait réservée à l'édition abonnée via Patreon. Cela me permet d'être plus libre dans ce que j'écris. En étant en petit comité, j'ai l'esprit tranquille, je n'ai pas la crainte qu'on m'ennuie pour x ou y raisons. Néanmoins, de temps en temps, je vais vous montrer quelques facettes de mon quotidien - une facette slow en l'occurence. Et dans la capitale arménienne, la vie est définitivement slow.

voyage nomade armenie illustration nature montagne monastère
© Anderson Design Group

A propos de notre vie nomade

On a commencé notre nouvelle vie en 2016 sans vraiment savoir qu'on allait devenir nomade. Notre première étape fut l'Inde et jsuqu'à 2020, notre quotidien était tranquille en Asie, au fil des visas. 2020, pandémie, bordel pour voyager, toussa toussa. On a été bloqués 7 mois en Thaïlande pour notre plus grand plaisir et après on a du trouver une autre destination. C'est comme ça qu'on est arrivés plus près de l'Europe. On a commencé par la Turquie, puis l'Egypte. Et nous voilà en Arménie. Changement radical de décor.

Petite note avant de commencer

Moins de 2 semaines après notre arrivée, mon sac a été volé au restaurant pendant qu'on dinait un soir. Le voleur est parti avec nos passeports, notre CB, mon téléphone et des choses de moindre importance. Vous vous doutez donc que notre tranquillité a été fortement bousculée avec cette histoire - qui n'est pas terminée à l'heure où j'écris ces mots. Sur Patreon, j'ai créé une série d'articles à propos de notre mésaventure. N'hésitez pas à vous abonnez pour en savoir plus.

Erevan, une capitale slow

Avant qu'on ne me vole mon sac, on a pu profiter une dizaine de jours de Yerevan avec insouciance et curiosité. Et ça nous a fait du bien. On arrivait du Caire, capitale bruyante et polluée. On était sur les nerfs après près de 4 mois en Egypte qui n'ont pas toujours été une partie de plaisir. Quand on a découvert le centre ville de Yerevan, on s'est senti respirer à nouveau. Au sens propre comme au figuré.

Vie slow - Les parcs urbains à Erevan

On est arrivés fin mars, les arbres étaient encore nus et il faisait encore froid. Depuis, ça a bien changé. Nous n'avions pas vu le printemps depuis plus de 4 ans. Et même dans le quartier où nous vivons (essentiellement composé de blocs), la végétation est entre chaque immeuble. C'est très vert et encore plus en centre ville. C'est l'une des choses qui nous a frappé très vite: c'est ouf le nombre de parcs en centre ville. Etant allergique au pollen, je ne me plaignais pas de la différence de saisons / climat en Asie. Là, je fais avec. On ne fait pas de grandes balades de plusieurs heures donc le pollen reste gérable plus ou moins. On va se promener dans les parcs sans soucis mais à choisir, on préfère boire un verre en retrait dans une rue avec moins d'arbres et de pollen. Néanmoins, boire un café à emporter dans le parc est un plaisir très agréable. Il y a aussi de nombreux (très nombreux) cafés et bars dans tous les parcs. Mais je reviendrai après sur les bars ici.

Une autre chose qui a attiré notre attention: dans les parcs, il y a de nombreux bancs et les gens s'y assoient. Ils prennent le temps de converser, de lire un bouquin, de se bécotter, de regarder les enfants jouer... Les espaces verts sont vivants, les gens en profitent un maximum et s'assoient sur les bancs. Au point où il est fréquent que tous les bancs soient pris. Je n'ai pas le souvenir en France de voir autant de monde dans les parcs - faut dire que sur Calais ou Dunkerque, les parcs sont rares aussi et au pire, il y a la plage.

Les parcs sont des lieux vivants et pas uniquement par leur fréquentation. On y trouve un tas de cabanes à oiseaux. On y trouve aussi des aires de jeux pour enfants avec des manèges. Ca nous fait rire, parce que certaines zones de jeux nous font vraiment pensé à ce qu'on a appris sur l'URSS quand on était à l'école. (Flo et moi sommes nés avant la chute du mur de Berlin et avant le déclin de l'Union Soviétique, ça laisse des traces, des biais éducatifs qui sont plus ou moins balayés grâce au voyage...) Il y a des manèges vraiment moches qui doivent filer des cauchemars aux gamins. Mais tout cela rend les espaces verts hyper vivants. C'est très agréable d'autant plus qu'il commence à faire chaud et que sous les arbres, il fait plus frais.

nomade voyage armenie erevan nature parc ancienne aire de jeux pour enfant
Ancienne aire de jeux pour enfant dans le parc au bout de notre rue

Depuis que mon téléphone a été volé, je ne fais plus de photos. Les photos de parcs verdoyants sont rares vu qu'on est arrivé quand les arbres étaient encore en mode hiver.

nomade voyage armenie erevan nature place de l'opéra musicien
Place de l'opéra cette semaine

Vie slow - les gens sont civilisés

Une autre chose frappante dès notre arrivée, les arméniens sont civilisés. Je n'aime pas dire qu'une culture est ou n'est pas civilisée. En général, je vous explique quelles sont nos difficultés et je vous laisse tirer des conclusions par vous-même. Ici, il y a quelques détails qui font une très grande différence, surtout en venant d'Egypte:

  • Ils ne klaxonnent pas à tout va - s'ils le font c'est qu'il y a une bonne raison.
  • Il y a des pentes sur tous les trottoirs pour que les fauteuils roulants puissent y monter sans soucis.
  • Ils respectent les feux de signalisation et si c'est vert pour les piétons, ils laissent passer.
  • Même les chiens errants attendent patiemment leur tour devant le passage piéton (on l'a vu plusieurs fois) et les chiens errants sont tous bagués.
  • En marchant, ils ne vont pas vous bousculer et en avoir rien à foutre de votre tronche (Egypte).
  • Ils ne sortent pas de leur voiture pour se taper sur la gueule (Egypte) et globalement, ils ne se tapent pas sur la tronche du tout (Turquie).
  • Je n'ai plus peur de traverser (et c'est un soulagement après notre visa en Egypte, ça fait même bizarre de pouvoir traverser sans crainte).
  • C'est propre au sol - on fait attention à ne pas écraser nos mégots sur le trottoir. On les jette dans un caniveau au pire des cas, cependant, la plupart du temps, il y a toujours un cendrier à proximité.
  • Les femmes peuvent montrer leurs jambes sans risquer la lapidation et depuis cette semaine, j'ai enfin retrouvé mon short bien aimé.

Au final, malgré l'épisode du vol du sac et le racisme latent, il y a tout de même des points positifs et agréables au quotidien. J'essaye de me focaliser là dessus et ne pas me concentrer uniquement sur le négatif. (Point racisme rapide: Flo est barbu c'est un gros problème tous les jours et dans de nombreuses facettes de notre quotidien même si cette semaine on a partiellement résolu le problème. Je lui ai fait une nouvelle coupe de cheveux qui ne fait pas muslim du tout. Dans un de mes articles sur Patreon, le bilan du mois passé, je développe plus cette question du racisme).

1 - Perspective soviétique 2 - café à emporter à boire sur un banc dans le parc 3 - sculpture d'une illustre personne arménienne que je ne connais pas aux abords de l'Opéra

Vie slow - Une vraie culture du bar

Je sais qu'en Europe, les bars sont à peine ouverts ou ils vont rouvrir dans peu de temps. Je n'ai jamais caché qu'à l'étranger, notre quotidien vis à vis de la pandémie était différent et à Everan, on a une vie normale. Jusqu'à cette semaine, on mettait notre masque pour aller à la superette. On ne le fait plus parce qu'on s'est rendu compte qu'on était les seuls à le faire. (Pour vous donner une idée, la prune prévue si le masque n'est pas mis est de moins de 20 balles contre les 350 en France...) Bref, une vie normale. Les restaux sont ouverts, les bars aussi.

Et ici, il y a une vraie culture du bar - pas juste à l'heure de l'apéro, pas juste le weekend. Du milieu d'aprem jusqu'au soir, les bars sont remplis en centre ville. Il y a énormément d'enseignes. Comme on est arrivé un peu avant la saison, on a vu les terrasses se mettre en place. Et on va au bar pour manger un morceau et boire un verre. Il y a des bars dans les parcs. Il y a des bars en ville. Il y a des bars partout! On s'est demandé si les gens bossaient ici ou pas... Probablement que oui mais ils ont des boulots qui permettent d'aller boire un verre visiblement.

Avant d'arriver, Flo avait repéré une brasserie artisanale - "la première brasserie artisanale d'Arménie": Dargett. Ils ont un restau / bar à proximité d'un parc et on y est allé 2 fois. On a testé quasiment toutes les bières de la carte mais on n'a pas trop aimé l'ambiance un peu trop BCBG. Lors de l'une de nos promenades, de l'autre côté du parc, on a découvert une autre brasserie artisanale - qui semble plus petite. Elle propose moins de bières mais elles sont meilleures. Et du coup, on va à Dors plusieurs fois par semaine. Ils ont 2 bars. L'un près de la Cascade (un lieu "à voir") et l'autre très du parc dont je viens de parler. Celui-ci, on doit vivre à 10 minutes à pied en prenant notre temps. On préfère la bière, on préfère l'ambiance. Perso, je suis contente parce que j'ai de la kriek et même de la blanche, Flo lui a de l'IPA. Ca nous change des bières pas folichonnes d'Asie ou d'ailleurs.

Et notre quotidien ressemble à quoi en Arménie?

Il est très slow - on change de pays mais on ne change pas d'habitudes. Je me lève, je bosse depuis mon lit, je bois du café. Flo dort le matin généralement vu qu'il est insomniaque.
Le midi, il nous arrive d'aller manger à 1m30 de la guesthouse. C'est un buffet. Heureusement qu'un des gars de l'hôtel nous l'a montré, on aurait pu jamais le voir. C'est une porte qui mène vers un sous-sol. On aime les buffets parce qu'il nous suffit de montrer ce qu'on veux, on n'a pas la barrière de la langue. (Ici, ils parlent arménien et russe, l'anglais est plus rare surtout hors centre ville). Comme il y a de très nombreux bureaux à proximité, le buffet est comme un cantine pour travailleurs. Ce n'est ouvert que le midi et que la semaine. C'est con, on y mange tellement bien qu'on pourrait y aller tous les soirs. La bouffe est simple et bonne. Comme d'hab, je consacrerai un article à ce propos plus tard. Mais globalement, la bouffe ici ce sont des plats qu'on fait en France. Simples, efficaces. Rien ne pique, il y a des pommes de terre, de la viande, des oignons. C'est bon. Pas exotique mais bon.
L'aprem je bosse. Je passe beaucoup de temps devant mon ordi mais je n'ai pas encore trouvé l'astuce pour que le boulot se fasse tout seul! Parfois, je m'arrête vers 16h, on va faire un tour en ville et bizarrement on a tendance à finir à Dors. Se promener en ville est agréable, il y a des arbres partout même dans les rues. C'est assez calme. Il y a un détail que je kiffe quand je suis bien lunée, ce sont les musiciens de rue. Il y en a partout, de tous les genres. Il y a des vieux avec des violons ou des accordéons. Il y a des jeunes qui reprennent de la musique traditionnelle en groupe. Devant l'opéra, il y a un gars qui joue du piano. Cette semaine par hasard, on est passé par l'Opéra. Juste devant, il y avait les musiciens de l'Opéra qui jouaient. C'était vraiment sympa même si ça manquait un poil d'authenticité. Et juste après, de l'autre côté, il y avait un gars avec sa guitare qui jouait du rock. J'avoue c'est assez kiffant;
Le soir, il nous arrive de manger chez Elie à 2 minutes de chez nous. Un petit restau très agréable (mais sans alcool). Après avoir vu la carte, j'ai fini par demandé quelles étaient ses origines... C'est essentiellement de la bouffe du moyen orient et il est originaire de Syrie. Mine de rien, c'est chez lui qu'on a mangé le meilleur fool (un plat avec des fèves qui peut ressembler à une assiette de vomi) alors qu'on vient de passer plus de 3 mois en Egypte. C'est aussi chez lui qu'on a mangé les meilleures Lamajun après 3 mois en Turquie. En ce moment, on est peu dans la découverte de nouveaux restaux. On reste refroidis depuis le vol du sac...

nomade repas armenie nourtiture syrienne moyen orient
Explosage de bide chez Elie

Voilà, voilà à quoi ressemble notre quotidien en Arménie depuis quelques semaines. Le lieu qu'on a le plus visité est le poste de police. Cette semaine, avec le retour du short et l'achat de tongues c'est d'un coup plus sympa (on a une trentaine de degrés quand il ne pleut pas). Et mon activité favorite tous les matins et tous les soirs, c'est de regarder les hirondelles voler dans le ciel.


Soutenez mon travail sur Patreon et découvrez du contenu déco, slow et nomade inédit.
Retrouvez le blog sur les réseaux sociaux: Twitter, Facebook, Pinterest, Instagram et même Youtube


Comments are closed.