nomade voyager avec un con

Ahhhhh voilà un sujet qui n'est pas souvent traité. Bien entendu, les cons, on en parle. Souvent au boulot d'ailleurs. Mais ils ne se cantonnent pas au cadre du travail malheureusement. Le con voyage aussi. Et même si le voyage, les vacances sont censés être une période de repos où l'on se ressource d'une manière ou d'une autre, il arrive parfois qu'un con viennent gâcher ce moment. Alors comment vivre avec un con en vacances ou en voyage?

carnet voyage asie mail

(Et encore une fois, je me demande comment je vais réussir à illustrer mon article... Parce qu'évidemment, je n'ai pas pris en photos les cons qui ont croisé notre chemin ces dernières années!)

Les différents types de cons en vacances ou en voyage

Cela fait plus de 3 ans que l'on voyage en Asie. J'ai l'impression qu'on a rencontré peu de cons et c'est une bonne chose. Mais durant cette période, on a eu quelques spécimens bien assaisonnés. L'expérience nous a montré qu'il y avait toujours une fin à cette situation désagréable. Savoir que ça ne va pas durer me permet de garder un peu plus mon sang-froid et me permet de persévérer dans ma tolérance. Enfin, bref, avant de voir comment se comporter face à un con, on va d'abord voir quels sont les types de cons sur lesquels vous pouvez tomber en voyage ou en vacances.

Le con qui ne respecte pas les us et coutumes du pays où l'on voyage

Ahah! Cette catégorie de cons, j'ai eu l'occasion de l'observée de loin. Jamais de près. Je ne suis pas certaine que ces cons et moi, on ait des choses à se dire. L'idée dans le voyage c'est de découvrir de nouvelles cultures. Si on vit en France et qu'on voyage en Belgique, le décalage culturel est moindre qu'avec l'Asie par exemple. En Asie, dans TOUS les pays qu'on a fait, le rapport avec la nudité n'est pas le même qu'en Europe ou en France. En Inde, à Varanasi, il est arrivé qu'on croise un gars torse nu. Varanasi, c'est quand même un site sacré, une ville temple. Il y a quand même un certain respect à montrer et cela passe par la tenue. Même si on ne croit pas en l'hindouisme, ça n'empêche pas qu'on puisse respecter la culture du pays où l'on voyage. Idem, en Thaïlande. Les gens qui se baladent à moitié à poil en ville et / ou ceux qui se promènent avec une bière en ville ou sur un marché. Même sans parler avec un thaïlandais, il suffit d'observer la manière dont ils regardent le con pour comprendre qu'ils n'apprécient pas du tout ce type de comportement. Oui, il fait chaud. Oui c'est chiant de transpirer. Oui, bronzer avec la trace du débardeur c'est pas hyper esthétique... Mais tout ça fait partie du voyage en Thaïlande en dehors des plages.

nomade con vacances citation

Le con qui vit dans le même hébergement que toi

Autre catégorie de cons qu'on a pu rencontrer en Asie depuis un peu plus de 3ans, celui qui vit avec nous. Il peut être con à plus d'un titre. J'ai eu l'occasion de me poser un tas de fois des questions autour du vivre ensemble, du respect, de la notion de bruit par exemple... J'ai pu aussi remarquer que selon les origines des voyageurs, tout ça n'est pas vécu de la même manière. Il y a des cultures qui tolèrent le bruit et qui ne voient vraiment pas le problème de faire du bruit, même en pleine nuit. Il y a des cultures où la nudité ne va pas poser de problème. Perso, j'ai du mal avec les gens qui picolent dès le matin. Ils ne sont pas nécessairement con. Je ne suis juste pas à l'aise. J'ai du mal avec les gens qui se baladent à moitié à poil dans les parties communes et encore plus dans la cuisine. On a eu le cas d'un "vieux" monsieur à Kuala Lumpur qui se promenaient en slip tout le temps. Natalie la proprio de la guesthouse était aussi gênée que moi et elle a fini par lui demander de s'habiller un peu plus. Et j'ai du mal avec les gens bruyants, très bruyants. En Indonésie, il y avait un vieux monsieur suisse allemand qui mettait sa musique à fond toute la journée. Toujours les mêmes chansons. On avait l'impression de devenir fous. Je crois que c'est le cas qu'on a rencontré le plus souvent, le con qui fait du bruit. On peut lui demander de faire moins de bruit, ça ne dure jamais longtemps.

Le con qui râle dans les transports

Je suis en train d'essayer de visualiser mentalement tous les trajets qu'on a fait ces dernières années. Il y en a énormément. Et il y a peut-être dans le cas de l'aéroport où on trouve des gens mécontents qui vont râler et faire un patacaisse pour pas grand chose. Ahhhhh, mais si! J'ai des exemples ailleurs qu'en avion. En Inde, dans un train, on nous a cassé les pieds parce que des indiens fraudaient et on nous a accusé de ne pas être à la bonne place. En réalité, on était à nos places attitrées, c'est juste que les indiens qui fraudaient n'avaient pas de ticket donc n'avaient pas de places à eux. C'est plus du racisme envers le touriste / l'étranger. On a aussi eu le coup de la vieille indienne qui nous a maudit sur au moins 36 générations pendant un trajet de 14 heures en bus pour faire la frontière Népal / Inde jusque Varanasi. Sa petite fille avait eu le malheur de s'endormir et poser sa tête sur l'épaule de Flo. Ca n'a pas plus à la vieille. Et on s'en est pris plein la gueule pendant des heures, le tout en hindi, langue qu'évidemment on ne parle pas.

nomade con voyage citation

Le con qui vole les autres pendant les vacances

C'est arrivé il y a peu de temps, on nous a volé des bières dans le frigo. C'est un moindre soucis. Certains se font voler bien plus que ça: de l'argent, des appareils photos, les passeports... C'est un coup de pas de bol de se retrouver face à un tel connard, surtout qu'on ne sait jamais qui c'est! JAMAIS. Sur le coup ça fait chier, surtout pour des conneries comme la bouffe ou la bière. C'est beaucoup plus emmerdant quand c'est de l'argent, du matos ou des papiers. Ca fait partie des types de cons que vous pouvez croiser en voyage ou en vacances. Ils sont partout. Et il arrive fréquemment que ce soit les touristes qui volent, pas les locaux.

Le con qui parle politique en vacances

La politique et le français, c'est toute une histoire! Ce sujet qu'on évite d'aborder au réveillon de Noël, certains touristes n'ont pas de mal à le ramener avec eux en vacances. Dans ces cas là, on fuit. On ne parle pas politique avec des inconnus. On va en parler parfois, généralement avec des gens qui ont des idées similaires aux nôtres. Et basta. C'est un coup à se faire engueuler pour rien.

nomade con voyage sud citation

Le con violent - probablement la pire catégorie de cons en voyage

Il y a violence physique et violence mentale. A l'heure où j'écris cet article, on un sacré spécimen de connasse violente dans sa manière d'être à tout point de vue. Elle engueule / hurle régulièrement sur son mari qui lui est archi calme. Elle se mêle de tout, de tout et de tout. Elle a un avis sur tout. Elle prend des décisions pour tout le monde, même si ça ne la regarde pas. Elle juge tout le monde. Elle détient la bonne parole. Elle est la police du savoir-vivre, des bonnes moeurs. Et elle a raison. Par son comportement intrusif et accusateur, elle est violente. Ca ne passe définitivement pas avec nous. Elle n'est pas violente physiquement dans le sens où elle va nous taper dessus. (Même si je vois dans son regard qu'elle aimerait bien m'en claquer une au moins...) Son comportement reste violent dans le sens où elle veut tout contrôler et que tout le monde se plie à ses attentes. Même si globalement, on n'impose pas de résistance directe (c'est arrivé une fois pour le moment), on ne la laisse pas pour autant s'immiscer dans notre vie. C'est pas dur. Je ne lui adresse pas la parole. Mais ça la frustre quand même. Du coup, elle arrive quand même à nous faire chier. Elle a besoin de nous faire chier même si on ne demande rien à personne. Pour plus de détails sur cette connasse de haut vol, j'en parle dans mon journal nomade: ici et ici.
On a eu aussi une fois le cas du connard violent. C'était au Laos, la première fois où nous y sommes allés. Le gars était propriétaire de la guesthouse et il a voulu me frapper. Il a fait preuve de violence de différentes manières. Pour le coup, je ne me suis pas laisser faire. Impossible pour moi de m'effacer ou de laisser couler. Au final, il ne m'a pas frappé. Coup de bol!

nomade vacances connard

Que faire quand on tombe sur un con en voyage?

C'est pas tout de savoir à quel type de cons on a à faire. Le plus difficile quand on est en face de ce type de personnes c'est de savoir comment se comporter. Et en voyage ou en vacances, c'est différent du boulot, des amis ou de la famille.

Essayer de ne pas être aussi con que lui

La magie du con est de transformer n'importe quelle personne - aussi sympa soit-elle - en un con. Même si on fait attention, au bout d'un moment, on devient aussi con que notre interlocuteur. Et c'est dur de se raisonner. J'ai beau méditer tous les jours, il arrive que l'aura négative du gros con m'atteigne et j'ai juste envie de lui coller mon poing dans la tronche. C'est pas la solution. Je le sais. Je n'ai pas envie d'être une conne, ni une grosse conne. Du coup, j'essaye de prendre du recul. Je m'interroge sur la notion de souffrance, la notion de limite, la notion de respect... Et au moins quand je suis dans mes pensées, je ne me focalise pas sur le con en face de moi. Et au pire des cas, je vais faire un tour. Ca évite bien des emmerdes.

Ne pas entrer dans le jeu des ragots et médisances

Même si tu as envie de crier sur tous les toits que le con t'emmerde, je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée de se plaindre à qui veut bien l'entendre. Il y a une différence entre se plaindre et faire remonter un problème. Il y a un problème d'isolation phonique dans la chambre d'hôtel, on peut très bien expliquer au gestionnaire de l'hôtel le problème du bruit, qui est en réalité le gros con de voisin qui est trop bruyant. Avec un peu de bol, le manager peut vous changer de chambre. Mais il ne pourra pas changer le con en quelqu'un d'agréable en un coup de baguette magique. Le soucis dans un hôtel si vous restez quelques semaines au même endroit, c'est que vous allez parler avec les autres touristes. Et c'est là que la médisance peut avoir lieu. Oui tout le monde sait que le con est un con. Pas besoin de le dire et de discutailler sur le sujet. Perso, la seule solution que j'ai trouvé est d'être dans le retrait. Je ne lui parle pas. Je ne parle pas de lui. Et je suis déjà tombé sur des gens qui voulaient commérer, ma réponse est: "Je suis pas à l'aise avec cette personne." C'est vrai. Bon, j'avoue dans mon esprit c'est plus: "Elle me fait chier du matin au soir, j'aimerai qu'elle brûle en enfer!" mais ça ne sert à rien de dire la vérité. Ca ne ferait qu'empirer la situation.

nomade vieux cons en voyage

Etre en couple face à un con

Flo et moi ne vivons pas de la même manière le fait de vivre avec un con, même le temps de quelques jours. Comme je viens de te le dire, j'ai une tendance à me mettre en retrait et éviter de mettre de l'huile sur le feu. La situation est déjà assez pénible comme ça. En revanche, Flo est moins dans le retrait. Ca le titille. Il aimerait bien mettre un pain dans la tronche au con. Et je le comprends. Le truc c'est que le con a une tendance à foutre la merde puissance 1000 partout où il passe, et, même dans votre couple. Je ne suis pas thérapeute de couple, mais je pense qu'il y a deux choses essentielles à garder en tête quand on est en couple et qu'on a à faire à un con en voyage. 1/ la communication: parler avec votre conjoint pour exprimer ce que vous ressentez et pour qu'il puisse aussi sortir ce qu'il a sur le coeur 2/ se protéger l'un l'autre du con, en adoptant une posture commune ou en désamorçant une situation trop pénible. Ca m'est déjà arrivé de proposer à Flo d'aller faire un tour parce que si on restait sur place, Flo comme moi, on allait faire un meurtre.

Les autres conseils que j'ai lu pour apprendre à composer avec un con en vacances

Etre à l'écoute du con

Comme je le disais en introduction, il y a moult articles à propos des cons, avec différents conseils. Et dans l'un d'eux, il était écrit qu'un con au final c'est une personne qui souffre beaucoup. Le conseil était donc d'écouter la souffrance du con.
Arf, ça c'est trop pour moi. Je n'ai pas encore atteint le degré suffisamment élevé de tolérance et d'amour pour être attentive et attentionnée. Du moins, ça dépend du degré de connerie que j'ai devant moi. Le gentil con qui est un peu pénible, je peux l'écouter sans soucis. Je hoche la tête, je souris. Et ça marche. Je doute qu'il attende une vraie réponse de ma part. Je n'essaye pas. Le gros con manipulateur, le gros con qui fait tout à sketch d'une broutille... C'est une autre histoire. Je le fuis.

nomade vivre en voyage avec un con

Démissionner pour ne plus avoir à faire au gros con

C'est un autre conseil que j'ai lu mais c'est dans le cadre du boulot. Si vous voyagez comme nous, sans avoir réservé à l'avance votre hébergement, rien ne vous empêche de partir et voir ailleurs si l'herbe est plus verte et s'il y a moins de cons. En revanche, si vous êtes en vacances et que vos 3 semaines sont dans le même hôtel ou sur un bateau de croisière. C'est bien plus compliqué! Limite, la solution est de trouver un maximum d'activités loin du gros con qui vous pourri la vie. Essayez de voir la beauté du pays dans lequel vous êtes en vacances. Essayez de profiter de la piscine différemment. Essayez de ne pas vous focaliser sur le connard. En plus dans le cadre des vacances, vous savez qu'une fois sur le retour, vous n'aurez plus à côtoyer le con. (Enfin, celui de vos vacances parce que ceux du boulot seront toujours là malheureusement!

Que faire quand on sent qu'on devient con sur son lieu de vacances?

Parfois on a une prise de conscience et on se rend compte qu'on n'est pas la meilleure version de nous même. Ca arrive à tout le monde. Il suffit d'être fatigué, parfois, les différences culturelles sont plus pesantes et on est désagréable. Ca arrive à tout le monde même aux gens bons et même à nous.
Je sais pas exemple, que je deviens désagréable quand on vient de se taper de nombreuses heures de trajet. Parfois on voyage pendant 48h. On dort mal, on mange mal. On a mal partout. Du coup, pour éviter d'être une grosse connasse, je me mets en retrait. Je tâche de me reposer. (En général, il n'y a pas besoin de me bercer) Et surtout, je ne laisse pas trop de place à mon ressenti au moment présent. Tout est à chier parce que je suis crevée. Ca ira mieux dans quelques jours. Je ne me focalise pas sur ce qui me gêne, je m'arme de patience.
Autre point, c'est verbaliser ce qu'on ressent. Si ça ne va pas, autant le dire plutôt que de plomber tout le monde avec une aura de merde. Si je suis stressée, je le dis. Si je suis crevée, je le dis. Si je suis exaspérée par quelqu'un je le dis. Enfin, je le dis à Flo pas à la personne qui m'emmerde parce que ça pourrait dégénérer.
Enfin, il y a l'humour. Rire d'une situation de merde, ça fait du bien. Flo et moi, on se moque beaucoup de l'un et de l'autre. Je me moque de lui parce qu'il stresse pour un tas de petites choses et qu'il est désagréable à chaque fois qu'on change de pays. Il se fout de ma tronche quand je m'endors n'importe où. On passe beaucoup de temps à rire, bien plus que quand on vivait en France. L'humour permet de voir les emmerdes d'un autre point de vue. Et rire, c'est bon pour un tas de choses, pas juste pour éviter d'être un connard.

nomade voyage con

J'ai bien conscience qu'à un moment ou à un autre, on est le con de quelqu'un d'autre. Avec le voyage, ma relation à l'autre ne cesse d'évoluer. Je suis toujours sur la réserve au début. J'en ai conscience. Je ne suis pas le genre de personnes à parler à tout le monde et de la pluie et du beau temps. J'observe parfois. Je fais en sorte d'être sincère et honnête quand c'est possible. Et puis parfois je m'efface. Il y a quelques semaines, j'ai appris à Flo la technique du "merci beaucoup". Ca marche bien quand quelqu'un te donne une information que tu n'as pas demandé et dont tu t'en bats les couilles. Au lieu de répondre: "oui, je sais" ou un "j'm'en bats les reins", je réponds: "merci beaucoup". La personne en face de moi est contente. Et moi, ça me permet d'avoir la paix. Flo a testé, il était bluffé par le pouvoir de ces 2 petits mots qui ne coutent rien. En revanche, il faut éviter de le dire avec une pointe de défi dans la voix quand on s'adresse à un gros con. Il n'est pas si con et il va sauter sur l'occasion pour vous les briser encore un peu plus.
J'espère que mon expérience du con, de la connasse et du gros con vous aidera à mieux vivre votre voyage ou vos vacances. Il y a fort à parier que si vous tomber sur cet article, c'est que vous avez un con à proximité de vous. Je vous souhaite tout mon courage. Ne vous inquiétez pas, bientôt, le con fera partie des souvenirs.


Vous souhaitez en savoir plus sur notre quotidien nomade en Asie?

nomade voyager avec un con

Comments are closed.