voyage nomade kanchanaburi thailande

Doucement mais sûrement, je rattrape mon retard quant aux étapes que nous avons visitées en 2019. Heureusement qu’on ne bouge pas si vite que ça. Le retard va “aller vite” à rattraper. Je n’ai pas 25 villes et / ou pays à vous présenter, c’est ce qui a de chouette quand on adopte un mode slow pour voyager! Cette fois, je vous emmène en Thaïlande, à 2h30 / 3h de Bangkok, dans la petite ville de Kanchanaburi. Si le nom ne te dit rien, tu verras après, qu’en réalité tu connais peut-être cette petite ville!

carnet voyage asie mail

Notre arrivée à Kanchanaburi

On est arrivé dans cette petite ville thaïlandaise après l’Inde. On a fait Chennai – Bangkok en avion, on a été jusque la gare routière, on a pris un minibus pour arriver à Kanchanaburi. (Si tu veux, je te mets les détails pratiques en bas de l’article) On était cassé, on puait, on était HS en arrivant. Ce n’est pas le trajet le plus long qu’on ait fait. Notre record est de 48 heures ou un truc dans le genre pour faire Pondy – Chiang Mai. On était sur un peu moins de 24 heures, mais on était morts. Quand on est arrivé à la gare routière de Kanchanaburi, on est parti à pied vers notre guesthouse qui n’était pas très loin. (Il y a des tuktuks qui vous attendent si besoin…)
Bon comme d’hab, à chaque fois que j’arrive en Thaïlande, il me faut un moment d’adaptation pour apprécier les thaïlandais à leur juste valeur. Ils sont très gentils, très polis. C’est dans leur culture. Mais tout ça, c’est pas naturel chez moi et comme on venait d’Inde – où la gentillesse et la politesse ont une autre dimension – il m’a fallu quelques jours pour m’y faire! Fait rigolo, j’ai choppé leur habitude de me baisser quand je passe devant quelqu’un dans un magasin par exemple.

vie nomade detail temple chinois kanchanaburi
Détail d’un temple chinois sur la route du Pont de la rivière Kwai

Notre quotidien à Kanchanaburi

Généralement les touristes ne restent pas très longtemps dans cette petite ville. Ils arrivent, ils vont voir le pont de la rivière Kwai et ils se barrent. Quelques personnes restent pour voir la nature à proximité de la ville et puis se cassent. S’ils restent 3 jours c’est beau. Nous, on est resté 1 mois et si on avait pu rester plus, on l’aurait fait. On a fait quelques promenades mais rien de bien transcendant. On est allé quand même voir le fameux pont, j’en parlerai après. Globalement, notre quotidien à Kanchanaburi était simple. Je bossais à la gueshouse, sur une marche en carrelage ou sur une table dans l’un des espaces communs. Je buvais du café 3 en 1 en dosette. La bouilloire était à disposition. Quand j’avais trop chaud, j’allais bosser dans mon lit sous la clim. On avait des lits jumeaux et séparés avec Flo. On aime bien. En plus d’être super confortable, on ne se tatanait pas en pleine nuit ou je ne piquais pas toute la couette. Héhé!

vie nomade kanchanaburi architecture ancienne
Maison ancienne chinoise

En milieu d’après-midi, on partait sur le marché juste à côté. C’est un marché local de bouffe. Il y a quelques touristes qui y passent mais bizarrement, ils n’achetaient pas à manger. Nous c’était notre cantine. Curry thaï qui a le goût du curry de Linda à Luang Prabang (un goût très spécifique qu’on n’a pas eu l’occasion de manger souvent), oeuf dur avec une sauce au piment, brochette de blancs de poulet frit, poulet frit, salade de nouilles de riz à la saucisse et au piment, moule, moule au basilic local (qui a plus le goût d’anis que de basilic)… On a mangé un tas de trucs super bons. On la jouait à l’asiat la plupart du temps: plusieurs plats différents qu’on mettait sur la table et on piochait dedans. Comme les restau la plupart du temps étaient “loin”, on mangeait ce qu’on trouvait sur le marché aux alentours de 17heures. C’est un autre rythme de vie qui au final nous allait bien. Le Mac Do a proximité m’a pas mal dépanné aussi quand sur le marché je ne trouvais rien qui me faisait envie… Le truc c’est qu’en Asie – pas juste en Thaïlande – ils sont un peu moins réguliers que nous en Europe. Un jour tu peux trouver des oeufs, et, pas le lendemain, sans explication ou sans logique. Ce qu’on a kiffé c’est que les vendeurs sur le marché nous ont vite remis. Même si on ne partage pas la même langue, c’était plus que “3 pilons de poulet, s’il te plait”. Si je faisais le marché sans Flo, il fallait que j’explique où il était… sans parler thaï et sans parler anglais. Finger in the nez!

vie nomade repas local thailande marche
Repas thaïlandais acheté sur le marché: oeufs durs avec une sauce au piment, saucisse au piment, brochette de poulet frit, tomates cerise (d’autres photos de bouffe en bas de l’article)

On a fait de belles rencontres aussi là-bas. Il y a eu Paul, un anglais retraité qui s’est cassé du Cambodge parce que la nénette qui s’était trouvé là-bas était une vraie psychopathe. En même temps, il y avait Yens un allemand qui a mis sa vie en pause un an pour aller bosser en Australie. Il était sur la fin de son voyage. Il pensait faire la Birmanie, au final, il est resté avec nous. A 4, on a passé de bonnes soirées et on a eu de belles conversations, intéressantes. On a croisé aussi quelques backpackers français. Ce n’est pas le même genre de relations. On ne court pas après parce qu’au final, c’est toujours les mêmes conversations qui reviennent et c’est un peu chiant. Cependant, on a croisé Adrien, sa copine et deux potes avec qui ils voyageaient. Ils n’avaient pas le parcours du backpacker classique. Ils avaient passé quelques mois en Nouvelle Calédonie. (Putain, ça à l’air magique). On a passé de très bons moments avec eux. En plus avec Adrien, j’ai pu parler boulot ou politique. On avait des idées très similaires ce qui est rare! On a parlé vite fait avec une Irlandaise et une Indienne qui enseignaient dans une école du coin. Enfin, il est impossible de parler des gens rencontrés sans parler des thaïs qui tenaient la guesthouse. Juste fabuleux. Ils étaient aussi dégoutés que nous qu’on ait à partir. Google traduction était notre ami si nécessaire. J’ai aussi aidé des guests à avoir leur répondre en anglais. Il nous ont filé de la bouffe dont des petits beignets frits super bons ou des trucs de temple à base de riz soufflé (pas hyper bon). Par leur gentillesse, ils ont fait de notre séjour dans la guesthouse un moment inoubliable.

vie nomade kanchanaburi fleur frangipanier
Fleurs de frangipanier

Le pont de la rivière Kwai à Kanchanaburi

C’est très idiot de passer à Kanchanaburi sans aller voir le fameux pont de la rivière Kwaï – celui du film. D’ailleurs, je n’ai toujours pas vu le film mais on a tous en tête la musique. Au cas où, pour vous la mettre dans la tête pour toute la journée, je vous mets la vidéo, juste en dessous XD On est allé voir le pont en fin d’après-midi. La balade à pied n’est pas désagréable. Le pont est un pont ferré. Il a une histoire très symbolique. C’est l’oeuvre des Japonais pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont voulu traverser la Thaïlande avec le chemin de fer pour rejoindre la Birmanie (à l’époque c’était une colonie anglaise). Ce pont est aussi surnommé “le pont de la mort” puisque sa construction a été fatale pour un grand nombre de travailleurs forcés asiatiques et prisonniers western. A notre époque, la ligne de chemin de fer est encore active. On n’a pas vu le train passer et on n’a pas cherché non plus à prendre le train pour touristes. La vue sur la rivière est superbe. Il y a aussi un temple chinois aux abords avec un gros dragon. (Il doit être possible de le visiter, mais on n’a pas cherché à le faire, on n’est pas des grands fans de temples chinois).

vie nomade kanchanaburi chemin fer riviere kwai
Pont de la rivière Kwaï
vie nomade kanchanaburi pont
Pont de la rivière Kwaï
vie nomade kanchanaburi riviere kwai
Vue du pont de la rivière Kwaï
vie nomade pont riviere kwai thailande
Pont de la rivière Kwaï
vie nomade kanchanaburi thailande tourisme
Pont de la rivière Kwaï

Kiffes et pas-kiffes à Kanchanaburi

Le seul bémol à proprement parlé à Kanchanaburi, c’est que je me suis fait croquer le mollet par un chien. Rien de bien grave mais profond. Ca fait plus de 4 mois et ce n’est pas encore tout à fait rebouché. Quand c’est comme ça, il suffit de bien nettoyer et le faire régulièrement. Rien de bien compliqué. Et c’est la Thaïlande, il y a des pharmacies à tous les coins de rue et du désinfectant au 7/Eleven. Je vais probablement gardé la marque, mais rien de bien grave.

vie nomade kanchanaburi plage barbecue thai
Soirée à la plage avec barbecue thaï, transat et bières!

Le gros kiffe à Kanchanaburi c’est l’omniprésence de la nature. On aime ça, encore plus en venant d’Inde et en sachant qu’après on allait à Kuala Lumpur. Bosser en regardant le jardin de la voisine c’est cool. Se promener et arriver aux abords de la rivière c’est d’autant plus chouette. On s’est aussi fait une soirée sur “la plage” près de la guesthouse. Transat, bière et barbecue thaï. C’est un plat métallique posé sur des braises sur lequel on fait fondre du gras puis on fait cuire la viande. On ajoute du bouillon dans le fond pour faire cuire les nouilles et les légumes. C’est super convivial et bon. On avait déjà testé au Laos avec le frangin et les copains. Bref, on a d’autant plus apprécié parce qu’on était les seuls touristes à être là.

vie nomade kanchanaburi rivere pied dans leau
On est bien les pieds dans l’eau

Vous l’aurez compris, on a beaucoup aimé notre séjour à Kanchanaburi et ce, pour de nombreuses raisons. On ne sait pas si on y retournera. Pas à cause du bled ou des gens, mais en ce moment le bath n’est plus très intéressant et du coup, la vie sur place prend 25% dans la vue. Ce n’est pas juste lié à la ville, c’est toute la Thaïlande et si ça continue de cette manière, ce ne sera plus si intéressant que ça d’y voyager.

vie nomade kanchanaburi riviere bateau
Rivière et maisons flottantes

Quelques détails à savoir si vous envisagez de voyager à Kanchanaburi

Transport depuis l’aéroport de Bangkok vers la gare routière de Mochit: Comme on voyage avec un petit budget, on n’a pas les moyens de prendre un taxi pour faire le trajet entre l’aéroport et la gare routière de Mochit. Si vous êtes dans le même cas que nous, prenez le bus S1 à l’aéroport et expliquez que vous allez à Mochit. On vous arrêtera au bon arrêt pour le prochain bus, au niveau de l’opéra national. Ensuite, choppez (y’a pas d’autres verbes, quand on doit sauter rapidement dans le bus avec des gros sacs) le bus 3. Son terminus est la gare routière de Mochit. Ca prend du temps, si vous avez du bol, il n’y aura pas trop de monde, vous pourrez dormir sur un siège du bus. Mais à Bangkok, on a pris l’habitude d’être assis au dessus du moteur à côté du chauffeur.

vie nomade kanchanaburi thailande nature
On aime la nature de Kanchanaburi

Transport de la gare routière de Mochit jusque Kanchanaburi: On ne le savait pas, donc je l’écris ici. Pour aller à Kanchanaburi, on prend un minivan et la gare de minivans est en face de la gare routière. Il faut traverser la route avec le pont surélevé. Ensuite, c’est assez facile de trouver le bureau pour votre destination. Les minivans partent toutes les 30 minutes. Vous payez, vous montez dans le van et c’est parti pour 2h30 / 3h de route.

vie nomade kanchanaburi vieille maison
Vieille maison à Kanchanaburi

La Guesthouse où l’on vit à Kanchanaburi est extra mais elle n’est pas du tout dans le coin à touriste. Elle s’appelle Home of River Kwai, elle est sur Booking. Toutes les chambres ont la clim, elle est neuve donc réglable à souhait. La guesthouse est un des hébergements les plus propres qu’on ait eu. Et les personnes qui y vivent, même si elles ne parlent pas anglais, sont adorables. (Google traduction, langue des signes ça suffit amplement!) La connexion wifi était de la bombe. Le truc c’est que les restau, le pont de la rivière Kwai ne sont pas à côté.

vie nomade kanchanaburi visite nature

vie nomade thailande kanchanaburi maison bateau

vie nomade thailande petit chats marche oeufs
Les chats qui couvent les oeufs!

vie nomade thailande temple kanchanaburi

vie nomade thailande beignet thai
Petit beignet super bon offert à la guesthouse
vie nomade thailande nourriture boulette riz viande
Riz blanc, légumes vapeur et boulettes cheloues. C’est du riz et de la viande et ça goûte le barbecue. C’est bon mais un peu écoeurant.
vie nomade thailande nourriture locale
Curry de poisson, salade de papaye, poulet frit et bière

Vous préparez un voyage en Asie? Vous souhaitez en savoir plus sur notre quotidien?

voyage nomade kanchanaburi thailande

4 commentaires



  1. merci pour ce retour en thaïlande pays que j ai visité en mars 2012
    tu m as donné faim là loooooooooooooooooool
    je ne suis pas allée dans cette ville de thaïlande mais j ai adoré ce premier voyage en Asie

    1. Author

      Je suis contente si et article t’a fait voyagé un peu avec nous.
      Si un jour tu as l’occasion de découvrir Kanchanaburi vas-y sans te poser de questions. C’est un petit bled tellement agréable!
      A très bientôt et merci pour ton passage par ici 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez remplir le captcha *