varanasi visite decouverte ville sacree inde

Après notre escale un peu moche à Ranchi, on a mis les voiles à Varanasi. Je comprends maintenant l'enthousiasme de certains de mes amis pour cette ville. C'est juste une tuerie, sans mauvais jeu de mots ! On ne regrette pas du tout d'avoir posé nos gros sacs ici, c'est juste un monde de fou. Je vais essayer de retranscrire au mieux l'ambiance qui règne ici, même si ce sera en deçà de la réalité.

Varanasi, sur la rive gauche du Gange

Le Gange, fleuve mythique. On apprend tous sa localisation quand on est à l'école. Je ne sais pas pourquoi, il m'avait toujours fait rêvé et pourtant à l'école, il n'y a pas grand chose qui a su éveillé mon intérêt. Donc forcément, une fois qu'on est devant le Gange, ça fait quelque chose, en tout cas pour moi.
La première chose qui m'a interpellée, c'est que le Gange en tout cas à Varanasi n'est pas si dégueulasse que ça. Avec Flo on en a parlé, et, tous les 2 on avait imaginé bien pire. C'est pas top nickel non plus, hein ! On reste en Inde... Mais ce n'est pas juste une poubelle à ciel ouvert. Après quelques lectures, j'ai aussi appris qu'il y avait une commission locale pour justement préserver le Gange.

varanasi visite decouverte ville sacree inde

Ensuite, on aime le Gange parce que c'est un lieu de vie. Les gamins jouent au cricket sur les ghâts. Les gens boivent du chai. Il y a les bateaux qui proposent des visites sur le Gange. Il y a même des concerts. Il y aussi les temples, les œuvres de street art (je vais y consacrer un article à part entière), les gens qui se lavent... Bref, un lieu vivant, agréable.
Par ailleurs, on aime se poser sur les marches, boire un chai, fumer une clope, regarder, méditer... C'est un lieu qui parfois peut-être calme, propice à la réflexion. Vous allez me dire que c'est bizarre, je viens d'écrire que c'était un lieu vivant. Mais ici, la vie sur les ghâts n'empêche pas pour autant d'être posés et de méditer. Et puis, il y a l'autre rive ; le désert. Il y a beaucoup moins de vie, de grandes étendues de sable. Et il suffit de regarder l'eau du Gange pour être inviter à méditer. Le temps s'arrête...
Forcément, tout le monde connait Varanasi pour son côté sacré et pour le fait que c'est The Place to Die pour les hindous. J'avais imaginé les buchers bien plus nombreux. Il y a deux spots de buchers le long des ghâts. C'est particulier... J'y reviendrai dans un article, c'est certain. Mais il faut savoir que ça fait partie du paysage autour du Gange.
On passe pas mal de temps près du Gange, mais il faut savoir que notre guesthouse est juste à côté. Le matin, on se lève, on monte sur le rooftop et on le voit ! On a connu plus dégueulasse comme vue, n'est-ce pas ?

varanasi lever de soleil gange paysage inde
On peut voir le soleil se lever à partir du rooftop de la guesthouse
varanasi vue baba guesthouse voyage vie nomade gange
Vue du rooftop de notre guesthouse...

Varanasi et les petites rues

Comme je viens de le dire on vit à deux pas du Gange, donc dans la vieille ville de Varanasi. Et c'est un dédale de petites rues. Et encore utiliser le mot rue, c'est abusé. Ce sont de petites routes pavées entre des maisons de plusieurs étages. Les voitures ne passent pas. Les tuctucs non plus. Il y a à peine la place pour passer à pied et croiser un scooter. La lumière du jour passe, mais pas la chaleur, donc en février, il fait limite frais dans ces petites rues. Au début on pense que c'est glauque, lugubre, exigüe. Le dernier oui. En revanche, ce sont des rues qui peuvent être très vivantes, même en soirée donc le sentiment craignos disparaît presque complètement. Dans ces petites rues, il y a des odeurs. Sur le web, on avait lu que ça puait. On ne trouve pas. Parfois, ça sent la bouse ou la pisse de vache ; Cependant, quand on s'y promène, on sent surtout l'encens et la bouffe ! Les petites rues de Varanasi sont agréables à visiter et pour faire du shopping !
Tout au long du Gange, il y a donc les ghats puis la vieille ville. Vers le pont, c'est plus calme, moins touristique. Et au niveau du Manikarnika Ghat, dans les petites rues c'est particulier. On s'est posé dans un café un début d'après-midi, on a vu passer 7 cortèges funéraires en 20 minutes. Et comme ce sont des petites rues, on était bien contents d'être à l'intérieur du café et ne pas avoir à croiser les cortèges !

varanasi petite rue inde decouverte

varanasi benares visite vieille ville petite rue

Varanasi, entre l'Inde et le tourisme

A Pondicherry, on n'aimait pas trop les touristes. Je ne sais pas pourquoi. A Auroville, il y avait plus d'européens que d'Indiens. Dans nos autres étapes, on a croisé peu de blancs. Et on est arrivé à Varanasi. Ici, c'est un des lieux les plus courus en matière de pèlerinage pour les hindous. Mais il y a beaucoup d'étrangers aussi. Néanmoins, ça ne pose pas de problème. Ca ne nous pose pas de problème. C'est un joli melting pot ! Il y a des vieux, des jeunes, des hippies, des punks, des blancs, des bridés, des hindoux, des indiens, des musulmans... Un doux mélange qui rend la vie facile ici. C'est grâce à ça que j'ai pu manger du bœuf (pas top, mais j'en ai mangé). Flo a gouté un petit déjeuné israélien aussi. On trouve facilement des pâtes. Dans un restau où l'on est déjà allé plusieurs fois, le patron nous dit « bonjour ». Le vendeur de clope parle français. C'est drôle et agréable, surtout après plus de 4 mois passés en Inde ! On trouve aussi facilement du papier toilette, ici... Ahah! Je t'imagine en train de rire devant ton écran, mais trouver du PQ en Inde, n'est pas si facile, à moins d'être à Varanasi, où, pour le coup y'en a à tous les coins de rues! (Et c'est cool!)

varanasi architecture ghats inde voyage vie nomade

Par ailleurs, ici, les hindous sont plus ouverts et habitués à partager leur culture. On a visité le temple de Shiva. Un moine nous a pris en charge pour la visite. Il nous a tout expliqué. C'est pratique parce que habituellement les lingams, tu les vois, mais si on ne t'explique pas, tu ne sais pas à quoi ça sert. (Grosso merdo, ça représente des dieux). Pareil, ils ont tellement d'avatars de dieux qu'on s'y perd facilement. Mais il nous a tout expliqué. On a récité des mantras. On a prié avec notre cœur. On a eu les fameuses marques sur le front. On en a même eu une sur notre estomac ! On a eu un collier de fleurs. C'est une expérience à vivre. Surtout que depuis Pondy, on n'avait peu visité de temples. Forcément cette sauterie s'est terminée par le moine qui nous taxe des roupies. Mais en Inde, ça ne choque plus. Flo a été plus embêté par le fait qu'il nous taxe en mêlant l'idée de Karma. Moi je préfère voir qu'on aide un peu la communauté qui vit autour du temple.

varanasi street art religieux hindouisme hanuman

Près du Manikarnika ghat, là aussi, on nous en a dit un peu plus. C'est un bénévole depuis 29 ans qui nous a expliqué comment marchait l'hospice devant les buchers. Il nous a parlé des rituels, des us et coutumes liés à la mort dans l'hindouisme. Il est bénévole et il fait ça pour son Karma. Il nous a dit que partager ce que nous avions appris était favorable pour notre Karma. Of course, après il nous a taxé. On est en Inde, ça ne choque plus ! (Après avoir passé la journée à entendre que tout est very cheap et qu'on nous ait accosté au moins 50 fois sans mentir, je t'assure ça ne nous choque plus qu'on nous taxe!) (C'est relou, mais plus choquant)

Donc voilà... C'est le premier article sur Varanasi. Il y en aura plusieurs. Mais au moins, j'espère que maintenant tu vois un peu mieux l'univers dans lequel nous vivons depuis quelques jours ; C'est encore une nouvelle facette de l'Inde et si tu as l'occasion un jour d'y passer quelques jours, je te le conseille vivement ! C'est un monde à part, où il fait bon vivre et qui est très enrichissant...

varanasi inde nord gange voyage  ghats

temple inde nord varanasi pierre