journal nomade istanbul decembre 2020

Normalement, si tout va bien, ce sera le dernier journal nomade d'Istanbul. Il y a encore des articles de prévus, ils arriveront quand on aura quitté le pays. Pour le moment, je profite de ce dernier weekend pour faire le point et vous donner un petit aperçu de la situation ici avec notamment le Covid-19. (Vous verrez, les photos n'ont rien à voir avec ce que je raconte...)

Covid-19 et la Turquie - Un putain de problème de communication

Le mot "putain" même si c'est l'un de mes préférés n'est pas utilisé à la légère ici... C'est plus que gros, c'est un putain de problème. On s'était déjà fait la réflexion il y a quelques jours, mais là, c'est le pompon!

Petit flash-back: depuis le début de la pandémie, on était en Asie. On en a entendu parlé à la fin de notre visa en Indonésie. Ensuite, on était à Kuala Lumpur (Malaisie) et on a fini bloqués en Thaïlande pendant 7 mois. (J'avoue, on était contents d'être en Thaïlande...) Dans ces 3 pays, on ne parle pas la langue. En Thaïlande, l'utilisation de l'anglais n'est pas automatique pourtant on avait toujours été au courant des mesures contre la propagation du virus en temps et en heure. Même si l'anglais n'est pas omniprésent, même si on ne peut pas lire le thaïlandais, on était au courant.

Cette merde pour savoir quelles sont les nouvelles mesures mises en place

Ici, c'est trèèèèèèès différent. On apprend par hasard les mesures prises par le gouvernement. Ca a commencé avec le masque. Il a toujours été obligatoire sauf que personne ne le portait sauf sur le coudes. On est arrivé un jour en fin d'aprem au çay, on s'est à moitié fait agresser par un client parce que nous n'avions pas nos masques. (La diplomatie turque c'est toute une histoire!) Et depuis, régulièrement il y a un durcissement des mesures. Quand il y a eu le couvre-feu le weekend, on l'a appris 15 minutes avant son début. On fumait une clope devant la guesthouse et le manager la bouche en coeur nous sort: "dans un quart d'heure, tout ferme"... On lui a dit qu'on n'était pas au courant. Et heureusement, on mange comme les poules sinon on l'aurait eu dans le cul.
On a atteint un stade encore plus élevé ce weekend puisque c'est samedi à 17h qu'on s'est rendu compte qu'on était confinés depuis la veille 21h. On a vu les commerces de la rue fermés dans la journée sauf la boucherie et la supérette. On a du chercher par nous même ce qu'il se passait. Et ce n'est pas évident de trouver des informations. A 17h la supérette a fermé ses portes. Coup de bol, je venais d'acheter du café et des clopes!
Tu crois que quelqu'un à la guesthouse nous aurait prévenu? J'ai croisé le réceptionniste / veilleur le midi, j'ai parlé avec son pote. Encore une fois, le réceptionniste / veilleur a confirmé ce que nous pensons depuis 2 mois: il ne sert à rien! Normalement, c'est le job de l'hôtelier voire des flics de nous informer. Au moins vérifier qu'on soit au courant... Les flics on les voit passer dans la rue, ça grouille de flics et de militaires partout. Mais là encore, le message est remisé aux oubliettes.

Pourquoi ne pas se référer à l'ambassade ou au consulat de France en Turquie pour avoir des infos?

On a appris depuis le début de l'année à faire sans l'ambassade de France. Le plus flagrant était en Thaïlande parce qu'à part nous dire de "rentrer sur le sol national" (sérieusement, le vocabulaire FN me sort par les yeux, ils pouvaient bien dire la France c'était tout aussi clair, passons!), l'ambassade ne servait à rien. Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, dont ici. Quand la Thaïlande a mis en place les premières mesures, c'est l'ambassade d'Australie qui a fait le taf de rendre compréhensibles et simples les mesures. Et mine de rien, les informations étaient beaucoup plus faciles à trouver en Thaïlande qu'en Turquie. (Certains journaux en Thaïlande sont en thaïlandais et en anglais, ici, toutes les infos sont en turc.) On a donc perdu le réflexe de se tourner vers la présence française à l'étranger puisqu'elle ne sert à rien.

Quand David était là, il a envoyé un mail au consulat de France à Istanbul à propos de l'obligation ou non du test PCR pour rentrer en France. Il m'a envoyé la réponse en message privé. Elle était conne. C'était un copié / collé de ce qui se trouve sur tout les sites des ambassades et consulats. Et si c'est pas clair, les français à l'étranger doivent se démerder avec ça. Les fonctionnaires ne vont pas reformuler les consignes, visiblement, la communication avec les ressortissants français, ça ne fait pas partie de leurs attributions.

joli panorama istanbul photo
Découverte tout à fait par hasard d'un joli spot pour voir le côté asiatique de la ville (et même si c'est joli, c'est très bruyant avec les bateaux sur le Bosphore...)

Comment penser librement à l'ombre d'un LDB ou d'une mitraillette?

En France

Avec Flo, ces dernières semaines on a regardé avec attention ce qu'il se passe en France, notamment avec la loi sur la sécurité globale. Est-il nécessaire de rappeler qu'on est fondamentalement contre l'intégralité de la proposition de loi (et pas juste l'article 24)? Il n'y a pas que cette proposition de loi qui me fait gerber. J'attends de voir ce qu'ils vont nous chier pour la loi sur le "séparatisme"...
J'ai remarqué aussi que 10 000 bornes étaient nécessaires pour être informée et ne pas subir la morosité de la France. Là on est à 3 000km, ce n'est pas suffisant. Ca me pèse. J'imagine donc à quel point ça doit peser sur le moral des français qui sont en France.

On croise des choses surprenantes dans notre quartier... Flo a eu un coup de coeur!

En Turquie

La France et la Turquie ne sont pas si éloignées que ça... C'est peut-être pour ça que les deux dirigeants se tapent sur la gueule par médias interposés. C'est la première fois en 4 ans à l'étranger que la présence policière et militaire est aussi dense et qu'elle nous indispose autant. Il a des flics partout, vraiment PAR.TOUT. Dans notre rue, ils passent et repassent. Il y a des caméras aussi. Sur les grands lieux touristiques, c'est l'invasion. On est à 5 minutes de Istiklal (un grand boulevard piéton) et du consulat de France. Ca grouille de flics. Ici, c'est la norme de voir des engins militaires en ville et dans les quartiers. Il y a deux mois, on faisait avec mais ça c'est amplifié (et pas qu'un peu). L'hélico qui tourne quasiment tous les soirs et évidement le weekend, ça n'aide pas non plus.

J'ai l'habitude de faire des comparaisons avec l'Asie et là-bas aussi il y a des flics, des militaires, des blindés ou des hélicos. Jamais autant. Et en Asie, en tant que touriste, je ne me sens pas menacée par la police. Ici, je suis beaucoup moins sereine.

Notre quotidien en bref

Rencontre de Jeannette et Talal

Cette semaine, on a fait la rencontre de Jeannette et Talal, deux étudiants français en année de césure. Malgré la pandémie, ils ont fait le choix de partir quand même en voyage (ce qui ne nous choque pas!). Ils avaient prévu d'arriver jusqu'en Turquie en bus. Ca c'est bon. Mais après ils devaient partir vers l'Asie. Manque de pot pour eux, l'Asie est toujours globalement fermée. Ils se sont adaptés et sont partis vers le Mexique. On a passé quelques jours avec eux très plaisants. De belles conversations. Ce sont de belles personnes aussi!

Istanbul nomade froid decembre
Voilà... Je crois que c'est le pire endroit où j'ai bossé en 4 ans... Un coin avec du bordel. Je travaille sur un frigo ^^

Putain ça caille!

Le froid ne m'avait définitivement pas manqué... Et putain, ça caille ici. Depuis fin octobre, les températures chutent petit à petit. Cette semaine par curiosité j'ai regardé les températures ici et sur l'ordi, tout s'affiche dont Dunkerque. Et bah, à Dunkerque, il faisait moins froid qu'à Istanbul. WTF! Moi qui ai froid en dessous de 25°, je ne suis pas gâtée. Donc on a acheté quelques fringues plus chaudes: pantalon, sweat, bonnets et tours de cou, chaussures, chaussettes... On a même regardé pour acheter des manteaux. Mais ici, les manteaux c'est un concept à part. Pour les hommes c'est doudounes moches et trop petites ou manteaux bien habillé. Pour les femmes c'est fourrure de Carnaval (et je n'exagère pas), doudoune crop-top ou doudoune moche. Si peu qu'on ait trouvé un modèle pas trop moche, faut-il encore que les finitions soient bonnes. (Je pense que si je laisse une machine à coudre à mon filleul il fera du meilleur boulot...) Bref, on a fini chez Décathlon (qui ici est un peu une marque de luxe!) mais les prix sont les mêmes qu'en France. Pour un truc qui allait servir quelques semaines, on a trouvé ça très con. Passons! Ca caille!

Le fait qu'il fasse froid est problématique dans un autre domaine. Faut savoir que je peux bosser uniquement au 4ème à la guesthouse. Au rez-de-chaussée, je n'ai pas accès à mon blog. Du coup, si je veux bosser, c'est sur le rooftop, dehors. Cette semaine, je me suis "aménagée" un petit coin dans le sas avant le rooftop, histoire de ne pas avoir trop froid ^^

Enfin, le détail qui ne trompe pas: quand il fait froid 1/ j'ai les cheveux détachés 2/ j'utilise un sèche-cheveu. C'est un détail mais ce sont 2 choses qui n'arrivent jamais quand il fait 30° et plus! (Du coup, j'ai calculé que mes cheveux avaient sacrément poussé en un an de temps!)

Bientôt le départ

Autre point, on est sur le départ. On avait plus ou moins prévu d'aller en Bulgarie. On ne s'est pas pressés et on a eu raison. Depuis le début du mois, le confinement général est de retour en Bulgarie. Il nous a donc fallu un plan B. Voyager en temps de Covid est bien évidemment plus compliqué mais pas impossible. C'est une autre préparation... C'est plus relou mais on n'a pas le choix! Pour le moment, je garde la destination secrète... Vous le saurez en temps voulu. C'est juste que je suis superstitieuse. Tout le temps qu'on ne sera pas là-bas, je ne veux pas mettre la charrue avant les boeufs. Nos billets d'avion sont pris. Pour mon anniversaire, je change de pays! Et normalement, on devrait avoir des températures plus agréables... J'espère aussi qu'on aura là-bas une meilleure connexion web parce que ça a été les 2 mois les plus pénibles pour bosser en 4 ans, je pense!

Et pour terminer, 2 photos de notre quotidien...

Voilà, voilà, je pense avoir fait le tour de ces dernières semaines pas très palpitantes et très froides à Istanbul. J'ai le nez qui coule, j'espère que ça ne posera pas de problème avec le test PCR qu'on aura à faire pour partir... Et rapidement, je vous dirai quelle est notre nouvelle destination 😉

Comments are closed.