Non, non, je n’arrive pas plusieurs décennies en retard et non, je ne brule pas mon soutif non plus! Je n’ai pas écrit “notre combat”, j’ai écrit “mon combat”. Si tu es dans mes amis Facebook, tu as pu suivre dimanche mes tribulations, mon parcours du combattant, mon chemin de croix pour foutre un maudit bout de papier dans une saloperie d’urne.

voterSource

Dimanche 23, midi, Chéri et moi allons voté dans notre ancien quartier. On a déménagé il y a peu donc on sait pertinemment que nous sommes encore rattachés aux listes de notre ancien quartier. Il fat beau, le soleil brille. Un dimanche nickel pour aller voter. Parce que même si je considère les politiques comme des gros cons pour la plupart, je vais quand même exercer mon droit de vote.
On arrive, on prend les feuilles, les 5 listes histoire de faire bien, la petite enveloppe, incroyablement disproportionnée par rapport à la taille de la liste. Je rentre dans l’isoloir. Je suis fière de moi, pour une fois je ne vote pas nul. Je suis fière aussi parce que je ne mets pas trois plombes à plier un bout de papier. Et j’attends patiemment mon tour pour avoir mon “A voté” un peu comme quand tu attends que le curé te file l’ostie. C’est chiant, ce n’est pas spécialement bon mais tu le fais quand même.
Et une fois que c’est mon tour, ils ne me trouvent pas sur la liste… Je choppe un coup de chaud.
Madame, vous ne pouvez pas voter!
– PARDONNNN????
– Vous avez été radiée des listes. Attendez je vais appeler.
Le monsieur appelle et me regarde:
– Vous avez été radiée des listes. Vous avez déménagé?
– Euh oui, mais il y a moins de 2 semaines et mon ami vient de voter sans soucis, lui!
– Ah bah, vous devez aller à la mairie, puis au tribunal d’instance pour rectifier le tir.
– C’est vrai que le dimanche, je n’ai que ça à faire! A tout à l’heure!
Entre temps, j’avais fait fuir un élu, beau-fils du maire sortant… Au lieu de me rassurer, non, il a préféré se barrer! (C’est du propre !)

Je rentre à la maison. Chéri mange dans sa famille. Je fais deux trois recherches sur le oueb, parce que Of Course, je suis verte de rage de ne pas avoir pu voter. Et je me dis qu’avant de me bouger jusque la mairie, je vais passer un coup de fil. Déjà pour vérifier si le service est bien ouvert mais aussi pour en savoir plus sur ce délire total.
– Bonjour Madame, j’ai voulu aller voter mais on m’a dit que j’avais été radiée.
– Ah, votre nom s’il vous plait? (le bonjour c’est seulement les jours de la semaine je pense)
– Hembert – H.E.M.B.E.R.T Julie
– Rembert
– Non! Hembert avec un H comme haricot
– Et votre prénom?
– Julie
– Attendez je vais voir avec ma collègue… (heureusement que j’ai un forfait illimité)
– Oui vous avez été radiée. Le 9 novembre 2012, vous avez déménagé. On vous a envoyé un recommandé avec accusé de réception, vous l’avez signé. Vous êtes radiée.
– Non, je n’ai rien signé du tout, Madame. En plus entre 2010 et aujourd’hui je n’ai pas déménagé. Et je crois que je me souviendrai si j’avais eu un papier de radiation des listes électorales.
– Bah vous avez été radiée, on ne peut rien faire.
– Non ce n’est pas moi! Faut arrêter de se foutre de ma gueule!
– Je vais voir avec ma collègue, je vous rappelle. Vous pouvez me donner votre numéro de téléphone?
– 06 22 …
– Merci, je vous rappelle dès que j’en sais plus.

vote municipale combatSource

Elle me rappelle quelques minutes plus tard pour m’annoncer que je suis radiée. Je lui demande si elle se fout de ma gueule et ça raccroche. Ça me gonfle. Je décide donc d’aller à la mairie, avec mon contrat de location, l’état des lieux qui date de la mi-mars de cette année et j’y vais en mode dragon! 
J’arrive au service de l’état civil, et là, il y a Gisèle qui gueule. Pas crier, gueuler à travers le service; Bonjour l’ambiance! Vu son âge, ça ne pas être ses règles, je me dis juste que ça la fait chier de bosser un dimanche et donc elle en fait voir de toutes les couleurs à ses collègues. Si tu veux en savoir plus sur Gisèle, il y a Mary du blog Londres Pour les Enfants qui en parle. Ce qui a de bien c’est que Gisèle est en train de se mettre une partie des blogueuses dunkerquoises à dos. Moi je dis: Bravo!
Bref, je dis que je viens d’appeler, qu’on m’interdit de voter et que je ne PEUX PAS être radiée des listes. On me prend en charge, à plusieurs, hein, parce que mon cas dépasse leur entendement. Je me retrouve à expliquer comment marche un bail de location, qu’au mois de novembre 2012, je suis encore domiciliée à cette adresse et non pas au 35 rue Jules Vernes, là où ils ont envoyé le recommandé.
Et là; l’autre me dit: Mais si vous avez signé, regardez!!
{Conasse} ce n’est pas pas signature! Je lui tend ma carte d’identité, ma carte d’électeur avec ma signature qui n’a rien à voir.
Je regarde la signature sur le bordereau d’accusé de réception, ce n’est même pas signé Hembert!
– Ah abh oui, répond la nana nonchalamment!
– Je vous avez dit que ce n’était pas moi qui avait signé et que ce n’était pas la bonne adresse!!!
Bim, bam, boum, elle me fait un papier qui reconnait l’erreur matériel de leur service et me voilà partie à l’autre bout du centre ville, au tribunal d’instance. Ouais un dimanche aprem, au lieu de bricoler, je n’ai que ça à foutre!

Me voilà au tribunal. Le flic à l’entrée est super sympa, il a un petit air de Raymond dans Scènes de Ménage. Il me dit que c’est tout en haut. Bam, 4 étages dans tes pattes! Et là pour je ne sais quelle raison, toutes les personnes qui arrivent après moi, sont prises en charge avant moi! Oui, oui, la grande logique de l’administration française. Le greffier tente de me parler. Oui sauf que je suis en pleine conversation avec Chéri et avec Audrey, ma copine d’xyetz.
– Ahhh, c’est dingue ce qu’on travaille aujourd’hui
(Ca doit vous changer)
E il continue: C’est pour les municipales, parce qu’aux présidentielles on ne voit personne
– Oui, bah peu importe, je vote toujours quoiqu’il arrive!
– Voilà votre papier!
– Merci bon dimanche!
Et là j’ai un beau papier qui atteste que la mairie a merdé et que je peux voter.

Je retourne dans mon ancien quartier. Mais avant ça, je poireaute 30 minutes après le bus. Il est plus de 15h, je crève la dalle! J’arrive à mon bureau de vote et je suis accueillie par un “Re bonjour”. Tu m’étonnes. Comment m’oublier! Cocon the terreur des bureaux de votes!
En 3 minutes, j’avais pris les feuilles, l’enveloppe, l’isoloir… Ohhh comme toute cette scène a un air de déjà vu. Et une fois que j’arrive avec mon beau papier, la dame qui s’occupe de l’émargement ne sait pas où me caser. Le numéro 0840 a disparu… Bah oui, il a été radié. Ils sont tout de même gentils, ils me demandent comment ça s’est passé. Je leur dit que je suis à peine rentrée depuis ce midi, que je n’ai pas encore mangé. Ils compatissent. Ils sont choux quand même au bureau de vote!
Et voilà, j’entends enfin le putain de “A voté” 
Iiiihhhhhaaaahhhh!
Allez, après ça il ne me reste qu’à attendre de nouveau 1/2 heures de bus et rentrer chez moi…

dimanche allons voterSource

Le truc tout con, c’est que je me suis tâtée à laisser tomber la neige avant de passer le coup de fil à la mairie. Mais ils ont été tellement de mauvaise foi, tellement bornés dans leur connerie, que j’ai voulu aller jusqu’au bout. Non mais oh! C’est ptet que les municipales à Dunkerque, mais pour une fois qu’il y a presqu’un peu de sport dans ces élections, je voulais être de la partie! Et ce n’est pas une dame qui me connait ni d’Eve ni d’Adam qui va me dire si oui ou non je peux aller voter!
Résultat des courses, un dimanche qui devait être riche en bricolage / peinture / scotchage etc. s’est transformé en dimanche merdique où il m’a fallu 4heures pour voter!

C’était ma contribution à Un pavé dans la mare pour La Mère Cane. D’ailleurs je prends vraiment goût à écrire ces billet!

vignette les pavés dans la mare

Source de l’image à la une