Ouais le titre fait beaucoup pensé à celui de Jaipur, je ne suis pas très inspirée et pour la rédaction de cet article sur Bombay, je vais devoir m’armer de beaucoup de nuances. J’avais toujours voulu voir Bombay, drôle d’idée ! On a vite compris que nous étions peut-être dans la capitale économique de l’Inde, la capitale du cinéma Bollywoodien, cela n’empêche pas qu’on y a retrouvé tous les travers de l’Inde puissance 24 millions d’habitants…

Comment survivre à Bombay ?

Si vous envisagez de découvrir l’Inde, je vous conseille de commencer par une autre ville que Bombay. Même après 7 mois de visa, on a eu beaucoup de mal à apprécier nos quelques jours là-bas.
Bombay, une ville pleine de trop. Trop de gens qui me regardent de travers parce que j’ai un t-shirt presque décolleté ou un débardeur. Trop de pollution avec 24 millions de gens et une politique environnementale qui traine la patte, forcément ça craint. Trop de chaleur qui est d’une part lié à la saison mais aussi par le fait que c’est une ville et donc l’air ne circule pas. Trop de klaxons, jusque très tard. Merde, les gens, à 1h du matin, on aimerait dormir ! Trop d’odeurs… J’ai souvent parlé des odeurs indiennes qui font partie du quotidien. Généralement on le vit assez bien, or à Bombay les odeurs sont puissantes et envahissantes. Bref, Bombay est une ville qui schlingue sévère.

architecture anglaise bombay heritage batiment
Mais il y a quand même quelques points plus sympas. Il y a une forte communauté musulmane, qui me regardait de travers parce que je n’étais pas voilée parce qu’elle pensait que Flo était musulman. C’est l’effet barbe ! Mais avec Flo ils étaient super sympas. Par ailleurs, il y a la street food qu’on a pas testé. Cependant, elle a l’air délicieuse. Il y a des carrioles ambulantes à tous les coins de rue. C’est appétissant et varié. Et puis, il y a quand même une partie des gens qui sont bien plus zen et sympathiques. On retrouve la différence entre les gens du nord de l’Inde qui semblent froids et fermés et les gens du sud plus ouverts.
Bref, Bombay est une ville pleine de contradictions, comme toute l’Inde mais ici c’est bien plus tranché.

batiment anglais bombay mumbai inde

Les bidonvilles et la pauvreté de Bombay

Vous allez encore avoir un exemple des contradictions de Bombay dans cette partie et la suivante. On savait avant d’arriver qu’il y avait de nombreux bidonvilles à Bombay. On nous en avait parlé, on l’avait lu. Or, la concentration de bidonvilles est vraiment impressionnante ! Nous étions encore dans le train que nous en avons croisés plusieurs – allant de la simple bâche avec 4 bouts de bois à des installations faites de tôles bien plus « solides ». Il n’y a pas qu’à l’extérieur de la ville ou près des gares qu’on en retrouve. Il y en a même en ville comme un vrai quartier mais en simili-dur. Le premier jour, on a fait un détour dans notre promenade, on est passé dans un de ces « quartiers ». Les gens sont gentils. Ils sourient, disent bonjour. Ils n’ont visiblement pas l’habitude de voir des blancs. En revanche, ça respire la pauvreté.

bombay architecture anglaise gare unesco
La fameuse gare classée à l’UNESCO… Ca a de la gueule quand même!

Ce n’est pas tout. On a aussi remarqué qu’un grand nombre de personnes vivaient dehors. Le matin où nous sommes partis, nous avons quitté l’hôtel à 5h45. Le jour se levait à peine et nous avons vu le quartier où nous dormions sous un autre jour. On a croisé au moins 100 personnes dormant à même le sol, sur des marches ou sur des étales ambulantes (comme antivol, difficile de trouver mieux!). C’était les commerçants que nous croisions la journée. Enfin, je suppose que ce sont plus les employés que les propriétaires des boutiques, qui dorment ainsi. Ce sont majoritairement des hommes mais nous avons croisé quelques femmes et des enfants.
Même si on a le cœur bien accroché, c’est difficile de voir tant de précarité. J’en suis même venue à penser un truc con : Au lieu de construire une nouvelle rame de métro, la municipalité de Bombay ferait bien de s’intéresser à la précarité de ses habitants… Bref!

bombay decouverte heritage anglais

Le quartier anglais de Bombay vestige de la colonisation

En contraste avec les bidonvilles et les gens qui dorment dehors, il y a le quartier anglais. Il doit avoir un autre nom, mais le quartier anglais, ça représente bien l’atmosphère. De la gare centrale, qui est classée à l’UNESCO à la « gate of India », on a eu l’impression d’être en Angleterre et plus en Inde, avec la chaleur en plus évidemment !
Jusqu’à présent, on avait croisé des vestiges du colonialisme à Pondicherry. Le quartier français c’est mignon à côté de Bombay et ce quartier avec l’imposante voire l’écrasante architecture anglaise des siècles passés. Là on se rend compte que les colons ont vraiment investi le territoire. C’est très joli à voir, mais c’est aussi une preuve de la présence colonisatrice des anglais.

bombay inde du sud architecture
Il y a de nombreuses cathédrales et églises, qu’on n’a malheureusement pas pu visiter. Il y a de grands immeubles victoriens, le longs de grandes routes et de trottoirs. On n’a malheureusement pas pas vu la Fontaine Flora, qui est une fontaine anglaise et qui était sous bâche pour rénovation. Bizarrement il y a moins de circulation dans ce quartier. Il y a moins de klaxons. Il y a plus de touristes et évidemment il y a bien plus de thunes ! Il y a presque autant de banques que de vendeurs de bouffe ambulants. On retrouve des enseignes comme Zara, Bentley, Cartier… On peut manger au Mac Do, au Burger King et boire un café au Starbucks. On est rentré dedans. On a vu que le prix d’un expresso c’était le prix d’un repas pour deux dans un bon restau indien. On a fait demi-tour !
On est allé jusque la « gate of India », symbole du colonialisme. Une porte colossale en pierre qui fait face à l’océan. Est-ce une coïncidence ou une réponse de la part des indiens d’avoir installé leur quartier militaire juste à côté de ce quartier anglais ? … Je ne sais pas !

bombay inde quartier anglais eglise

Bref voilà un résumé rapide de nos 3 jours bien suffisants à Bombay. Une chose est certaine, c’est que nous étions très heureux de quitter cette ville et descendre vers le sud de l’Inde. Evidemment, je n’ai pas fait de photos des bidonvilles. Je ne m’en sentais pas le coeur et je ne trouve pas ça respectueux. Je pense que vous comprendrez! 😉

decouverte vie nomade voyage bombay inde

gate of india bombay inde