quotidien nomade asie avril 2018

Le mois d’avril a passé à une vitesse folle. On l’a commencé au Laos, on le termine en Thaïlande. Retour à Chiang Mai qui est définitivement une ville agréable et on a nos habitudes, ce qui facilite notre quotidien.

quotidien nomade asie avril 2018
Ma tronche au réveil avec les gosses qui viennent dire bonjour / casser les pieds. A côté de moi c'est Katoune. Derrière c'est Sa avec son petit frère.

Le Laos, pays que je commence à aimer

Et ouais, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis! Plus sérieusement, je commence à aimer le Laos. Il serait temps après 3 visas soit 3 mois et 3 semaines passé dans cette ancienne colonie française. Alors qu’est-ce qui me fait aimer ce pays? Soyons honnête, la raison qui vient en tête, c’est la famille! Il y a bien sûr mon frangin qui y bosse mais qui arrive à se libérer du temps pour me voir, il y a aussi Momo (qui est comme un frère adoptif depuis le temps qu’on se connait!), Laulau avec qui je parle pendant des heures de tout et de rien. Et on peut ajouter à la clique Jérem et Marion, qui sont arrivés en même temps et avec le même vol qu’Antoine et Momo. Ce sont de bons copains avec qui on aime passer du temps. (Ouais même moi l’asociale de service!) A notre famille Farang, on peut ajouter les chiantes, soit les gamines qui passent à la maison régulièrement. Il y a bien évidemment ma fille plus adoptive: Katoune. Je l’ai désadoptée, elle est trop chiante. Et il y a Sa, qui est plus calme, avec une situation familiale plus difficile. Elle a le regard dur, mais quand on connait son histoire, on ne peut plus lui en vouloir!

enfant laos quotidien nomade
"Venez les gosses on fait des photos!" les filles ont l'habitude, le petit frère moins et il ne voulait pas venir... Même si je ne parle pas lao, on arrive à communiquer 😉

Autre raison qui fait que j’aime le Laos, les gens qui sourient. En fait, il faut absolument sortir de Luang Prabang, Non Khiaw ou Mung Noi pour se rendre compte que les gens sont sympas. Autrement dit il faut sortir des coins à touristes et ça va mieux. C’est dommage qu’il y ait cette démarche à faire, mais bon… Les gens peuvent avoir le sourire très facile, et, c’est cool! (J’imagine en France si les gens souriaient autant, mais bon, faut pas pousser hein!)
Enfin, j’arrive petit à petit à lâcher prise sur le système politique Laotien. J’ai un article écrit depuis plusieurs mois à ce propos qui attend sagement d’être publié. Il va faire grincer des dents. Je vais encore me faire troller (je suis blasée du trollage) Bref, j’arrive à parfois faire abstraction de tout ça. Je fais abstraction mais je n’en pense pas moins, hein! On s’entend!
Bref, il était temps que je commence à apprécier ce pays… Et non Chéri, je ne l’aime pas assez pour m’y installer!

feu de camp au laos
On a un groupe de Serial Flambeurs au Laos, les feux de camps pour cramer tout et n'importe quoi sont fréquents

Sok Dee Pi Mai! Sabaidee Pi Mai!

Ce mois ci c’était la nouvelle année au Laos et en Thaïlande. On a fêté ça dignement à Luang Prabang, mais contrairement aux laotiens, on a juste fêté la nouvelle année 1 journée. On a prolongé notre visa d’une semaine pour fêter en famille Pi Mai et l’anniversaire de Laulau. Cette année, Luang Prabang est une capitale culturelle donc Pi Mai a duré 10 jours au lieu de 6. Pendant tout ce temps, les gens font la fêtes, font une bataille d’eau géante, boivent beaucoup de bière. Avec Flo on se déplace à pied, on en a vu des camion qui chargeaient des caisses vides et donnaient des caisses pleines. On a vu des tours et des murs de caisses Bière Lao!

pi mai lunag prabang 2018 momomobile
En route pour Pi Mai avec les copains... et la Momomobile!

Bref, toute bière mise à part, ce sont des journées vraiment festives. Evidemment, j’ai peu de photos tout bonnement parce qu’on n’a pas fait les dingues à prendre nos téléphone quand on a bougé en ville. On est allé en ville le vendredi, il faisait chaud et ça commençait à jeter de l’eau. Le samedi, ça a été tout à fait différent. Avant même d’arriver en ville on était mouillé. On a pris la momomobile, le vieux tuctuc de Momo, on a acheté des seaux. On les a remplis chez Jerem et Marion, on a pris les pistolets à eau et c’était parti! On a rejoint mon frangin chez l’indien. Antoine voulait faire soft, il était malade. Il a fini avec nous à l’arrière d’un pickup noyé en faisant le tour de la péninsule. Je me suis risquée aussi à y aller le lundi en fin d’après-midi, je devais rejoindre mon frère chez l’indien - son QG. Je suis partie en bécane avec Papy, un ancien, un français qui habite le même village que nous et qui vit au Laos depuis plus de 20 ans. Papy a géré, je suis arrivée sèche en ville. Il m’a montré sa technique pour faire peur au laotiens pour qu’ils ne nous mouillent pas. J’ai essayé toute seule sur un gosse, ça marche! Ahah! Je suis arrivée sèche au restau, mais c’était sans compter l’orage et la pluie qui ont suivis! Je suis rentrée noyée même en tuctuc!

copain pi mail nouvel an luang prabang
Pistolets à eau + bassine d'eau + bassine de bières + soleil + potes = Sok Dee Pi Mai

Pour nos amis et familles du Dunkerquois, Pi Mai ressemble un peu à Carnaval. Les gens l’attendent longtemps. Tu sens l’excitation des gens les jours précédents. Ils en parlent, ils ont hâte. Avec mes cheveux roses j’ai fait sensation, parce qu’il est de coutume de se colorer les cheveux. Ils s’habillent différemment, en groupe, ils portent tous la même chemise par exemple.
Juste une petite note pour celles et ceux qui envisagent de faire Pi Mai ou Songkran (en Thaïlande): cette période festive est une période dangereuse et mortelle. Tous les ans, il y a de nombreux morts sur la route. Cette année, ça n’a pas coupé. Entre l’eau qui glisse, l’alcool, l’état des routes, le fait de rouler en bécane sans protection… il y a un tas de facteurs qui font que c’est dangereux. Voilà deux articles qui reviennent sur le nombre de morts en Thaïlande et au Laos pour le nouvel an.

flo qui jardine vie nomade
Jérem et Marion ont un terrain juste derrière chez Momo et Laulau, donc Flo est allé plusieurs fois faire du jardin. Ils essayent aussi de faire pousser un Duveltier, un arbre à Duvel. (Ouais on trouve de la bière belge au Laos)

Retour du quotidien

Après Pi Mai, il y a eu le retour du quotidien. On a eu des nouvelles de la France, notre grand-mère est décédée. Ce n’est pas très joyeux mais c’est la vie… Et ici, je vous montre notre quotidien sans filtre ou très peu de filtres. Faut savoir que la mort fait partie de notre aventure, tout comme les naissances. Quelques semaines après notre arrivée en Inde, l’une de mes meilleures amies et la cousine de Flo ont accouché, on n’a jamais vu les gamines sauf en photo. Etre loin de nos proches pour les bons et les mauvais moments, ça fait partie du quotidien nomade. On n’est pas rentré en France pour l’enterrement. Mais avec Antoine on en a profité pour faire un appel vidéo avec l’une de nos tantes et notre cousin. C’était sympa de voir leur tronche. Depuis notre départ, on donne des nouvelles de temps à autre à notre tante, mais elle ne savait pas se servir de la webcam. Ce fut l’occasion!

paysage laos pres de luang prabang
Si vous aimez la nature, vous adorerez le Laos ^^ Là, c'est la rizière d'un expat français 😉

Sinon, le quotidien, c’est aussi apprendre la langue. Je suis fière de moi, j’arrive à péter 3 mots de laotien. Faut dire que je suis à chier en langue. Je suis malentendante - je n’entends pas une douille - ce qui complique sérieusement les choses. Mais je sais dire les trucs de base: bonjour, merci, bière, verre, boire une bière ensemble et une flopée d’insultes. Je ne sais toujours pas compter, je sais juste dire mille. Ca revient à chaque fois à cause des kips. Flo lui est vraiment meilleur que moi en langue. Il ne parle pas couramment le lao mais il sait se faire comprendre et il sait compter lui! Il a aussi appris quelques mots de Kmuh quand il est parti en village avec Momo. Une langue très différente, dans laquelle il y a des R qui roulent.

paysage laos
La saison des brulis... En Thaïlande et au Laos, ils brulent les champs pour que la végétation ne s'éparpille pas. Conséquences: De la brume, des cendres qui volent même en ville et un peu plus de mal à respirer. Normalement au fond de la photo, il y a des montagnes, qu'on ne peut plus voir.

Enfin, retour du quotidien, dit retour en Thaïlande, avec nos 20 heures de bus. J’étais contente on a réussi à avoir un sitting bus, plus agréable à mon sens que le combo sleeping bus + minivan fou. Je suis une Hembert donc perso je dors un peu n’importe où. Flo a très peu dormi quand on a fait le trajet. On est de retour à notre guesthouse habituelle. On a kiffé notre arrivée, la manager nous a juste tendu la clef de notre piaule. pas besoin de nous faire visiter ou de nous expliquer comment ça marche et elle a même demandé des nouvelles de mon frangin, parce qu’Antoine vient aussi ici quand il vient nous voir à Chiang Mai. On a retrouvé les hippies, leurs conversations insignifiantes et leur guitare mal accordée. On a retrouvé nos restaus fétiches, les mêmes équipes du 7Eleven. Bref, on s’est senti de retour à la maison. On a aussi retrouvé les moustiques, plus voraces que jamais... Et ça, on s'en serait bien passé!

micro chaton
Les micro-chatons... Trop mimi!

Voilà, voilà, toutes les nouvelles liées à ce mois d’Avril en Asie, entre le Laos et la Thaïlande. J’espère que chez vous, en France ou ailleurs, tout va bien. Si vous aimez suivre mon quotidien nomade, n'hésitez pas à me suivre sur Instagram, je partage pas mal de choses en storie et il y a aussi la nouvelle newsletter dans laquelle je reviens toutes les deux semaines sur notre vie ici en Asie 😉

ban poumok laos
Ban Phoumock = village de la montagne brumeuse = là où on vit au Laos 😉

 

mekong nam kan laos asie

coucher de soleil laos mekong

pub