quotes vie nomade voyage partir

Tout vendre, acheter un gros sac à dos, et, se casser... C'est un peu le concept de notre future vie nomade. Même si en IRL on en parle beaucoup avec nos proches, il est souvent question de notre destination, mais beaucoup moins des raisons qui nous poussent à partir. Pourtant, elles sont l'élément déclencheur de notre départ. (Enfin, là, je parle pour moi, Flo a bien entendu ses propres raisons de partir... Un peu comme tout le monde!)

partir ras le bol vie nomade

La fatigue et autres tracas

Cette année, j'ai été vraiment fatiguée. Même si j'avais un  bon rythme de sommeil, même si je faisais quelques siestes, je n'arrivais pas à être en forme. Ce n'était pas une simple fatigue, liée ou non à ma thyroïde absente. Et en février, ce fut la cerise sur le gâteau, je me suis retrouvée sous anxiolitiques et anti-dépresseurs pour gérer mes angoisses et tout le reste. Ouais sauf qu'à 32 ans, avoir besoin d'un cocktail comme ça, c'est flippant et ça fout les boules. Ca m'a fait du bien. Mais je savais que si je voulais aller mieux sur le long terme, il me fallait une alternative qui vaille le coup. J'ai commencé à méditer. J'ai aussi beaucoup marché. Petit à petit, j'allais un peu mieux. Ce n'était pas suffisant pour autant. Je me suis posée beaucoup de questions. J'ai beaucoup réfléchi au boulot, ma vie perso, ce à quoi j'aspirais de manière générale. Je ne me suis pas dit: "Tiens je me casse pour aller mieux". Mais je suis convaincue que le fait de partir sera une bonne fatigue. Même si là, tout de suite, on est encore en France, on est déjà un peu parti dans nos têtes. On est dans les préparatifs, dans le rêve et l'imaginaire et ça va déjà mieux.

quotes vie nomade voyage partir

La continuité dans mon changement personnel

Si tu suis un peu le blog, tu as du lire que depuis un an, ça bouge chez moi. En 1 an, j'ai pris la décision de reprendre une activité salariée. J'ai aussi arrêté d'être gentille outre mesure, pour être juste bienveillante. (Et charité bien ordonnée, commence par soi-même!). J'ai fait en sorte d'être mieux organisée, ce qui m'a permis de tester ce qui allait ou pas quant à ma manière de faire / de vivre. J'ai perdu des amis sur la route. J'en ai retrouvé d'autres. On a déménagé. J'ai arrêté de bosser comme une tarée pour profiter des gens que j'aime. Bref, beaucoup de changements, très positifs dans l'ensemble. Et cette dynamique aide aussi à tout laisser pour partir. Ca faisait plusieurs mois que Flo me disait qu'il avait envie de partir. A cela, je répondais que si on partait, on partait loin et pas en France. Et en préparant un cours début juillet, c'est moi qui ai proposé qu'on parte. En fait, on aurait pu partir depuis bien longtemps, je n'étais juste pas prête.

partir vie nomade genese

La France, je l'aime bien, mais elle me gonfle parfois

Même si dans l'absolu j'aime parler politique, juste pour le plaisir. Je ne vais pas le faire ici. Je suis bien consciente d'avoir eu de la chance d'être née en France et d'avoir grandi ici. Cependant, la France n'est plus un pays dans lequel je me retrouve. Je n'espère pas trouver le pays parfait lors de notre trip (à moins qu'on tombe sur une contrée où je peux faire de la licorne comme bon me semble). Lors de notre périple en revanche, j'espère découvrir d'autres manières de fonctionner que ce soit à une échelle individuelle comme nationale. En gros, j'ai besoin d'aller voir ailleurs si j'y suis, ce qu'il se fait. Et cela me permettra de voir peut-être la France de manière plus holistique. Pour le moment je vois beaucoup de sujets "d'actus" de merde, beaucoup de fachos, énormément d'inégalités, pas assez de bienveillance et de solidarité (...) ça me gonfle. Bref, j'ai besoin de prendre du recul sur le milieu dans lequel j'évolue depuis plus de 32 ans. Et voir autre chose, dans l'absolu, ça ne peut pas faire de mal.

Voilà, voilà, les raisons qui me poussent à partir. En parlant avec les personnes qui nous entourent ou juste celles qui achètent nos meubles, on se rend compte qu'on n'est pas les seuls à avoir envie de tout lâcher pour aller voir ailleurs. En revanche, on comprend bien les raisons pour lesquelles le cap n'est pas franchi par tout le monde. En même temps, s'il y a 3 ans on m'avait dit que j'allais tout plaquer et me casser, je n'y aurais pas cru!

4 commentaires

  1. Comme je te comprends… et je ne peux qu’encourager ta démarche !
    Nous aussi on prépare tout doucement un départ 🙂
    C’est moi où tu ne parles pas du coup de la destination ?

    1. Author

      Chouette un départ! Rien de dans les préparatifs il y a de l’exaltation!
      Oui volontairement, je n’ai pas parlé de la destination… On part en Inde du Sud, à Pondicherry.

  2. Bonjour,
    J’ai longtemps eu ce sentiment de changement, de tout quitter. J’ai commencé par découvrir des villes dans d’autres pays européens pour voir comment cela pourrait se passer mais la langue m’a beaucoup bloqué. A cela d’ajoute le fait de tout recommencer toute seule, ailleurs dans l’inconnu.
    J’ai eu l’impression de ne pas pouvoir y arriver.
    Alors j’ai juste changé de ville en restant en france : valise à la main et un peu d’économie sans même savoir ce qui m’attendait.

    Aujourd’hui, 2 ans après, je me rend compte que le changement m’a fait du bien, qu’il faut oser partir quoi qu’il arrive.
    Cependant, j’ai toujours ce ce sentiment de bougeotte, de vouloir quitter la france, d’aller encore voir ailleurs mais pour rester plus longtemps.
    Tant que l’on a ne l’a pas assouvi, ce sentiment est toujours présent, alors oui, je repartirai sûrement, reste à savoir quand.

    Partez ! Partez ! C’est ce qu’il y a de mieux à faire !!

  3. Julie, la Pro des Médocs (Pharmacien …..masculin même pr 1 Nana en Belgique) te dit que tu as trouvé le MEILLEUR MEDOC et GO car après…..???? perso …. la Vie a fait que … Non Ms je ne suis pas passéiste ! 1/2 journée à la Fois . PROFITEZZZZZZZZZZZZZZ
    Vi <3

Comments are closed.