nomade journal confinement voyage thailande semaine 6

Cher journal,
La France termine sa 6ème semaine de "confinement" et nous sommes encore et toujours en Thaïlande. Pour combien de temps? Ca j'y reviens après. Je vais aussi revenir sur les mesures prises en Thaïlande depuis le début de la pandémie. Et il sera question de mon quotidien, pas si palpitant, surtout studieux.

carnet voyage asie mail

Extension automatique des visas en Thaïlande jusque fin juillet

C'est drôle (?) en France, les autorités parlent de déconfinement, de remettre les enfants à l'école le 11 mai. Les magasins s'apprêtent à rouvrir leurs portes, même s'ils n'ont pas grand chose d'essentiel. Et en Thaïlande, encore une fois, la position est différente. Depuis le 8 ou le 9 avril, je vous en avais parlé dans la semaine 4 de ce journal de non confinement, les touristes étaient autorisés à rester sur le territoire thaïlandais jusqu'au 30 avril, sans demande spécifique à faire auprès des bureaux d'immigration. Cette semaine, cette mesure a été étendue pour 3 mois. On peut donc rester en Thaïlande jusqu'au 31 juillet 2020. (Source en anglais ici) Donc du coup, on ne sait pas si on pourra quitter le pays le mois prochain ou si on devra attendre. Mais au moins, on sait en avance qu'on ne sera pas expulsé et qu'on peut attendre ici que le bordel mondial ambiant se calme. C'est déjà ça de pris! J'ai appris que la Malaisie était confinée pour 2 semaines encore. Je parle régulièrement avec Natalie qui tient la guesthouse où l'on vit à Kuala Lumpur. Vu l'état actuel des choses, on suppose que le confinement en Malaisie sera peut-être levé après la fin du Ramadan qui a commencé il y a quelques jours. Les fêtes en Asie peu importe la religion sont souvent l'occasion de regroupement en famille et de déplacement dans le pays. Pour éviter la propagation du virus, les pays d'Asie doivent prendre des mesures pour restreindre l'activité autour des fêtes. (Je vous parlais de Songkran la semaine dernière, c'est la même chose).

nomade voyage confinement thailande semaine 6 journal

Les mesures prises par la Thaïlande face à l'épidémie

Voyager surtout de la manière dont on le fait depuis plus de 3 ans, nous permet de voir différentes manières de vivre, différentes cultures que celle que nous connaissions et dans laquelle nous avons été élevés. Et avec cette crise liée au Coronavirus, ça nous permet de voir comment d'autres pays que la France gèrent la crise. Une gestion sensiblement différente!

  • Fermeture de l'espace aérien (entrant et sortant sauf cas exceptionnels)
  • Fermeture des frontières sans attendre qu'il y ait un nombre de morts effarant
  • Adoption d'un état d'urgence sanitaire sans attendre qu'il y ait un nombre de cas effarant
  • Couvre feu de 22h à 4h du matin
  • Ralentissement sérieux des déplacements à l'intérieur du pays (contrôle aux frontières des districts, équivalent des départements en France)
  • Fermeture des commerces non essentiels dans les centres commerciaux (les petits magasins chez nous par exemple sont encore ouverts pour la plupart)
  • Fermetures des attractions pour les touristes (marchés de nuits, zoos et camps d'animaux, réserves naturelles...)
  • Des mesures plus fermes ont été prises localement (fermeture de plages, arrêt des transports...)
  • Interdiction de vendre de l'alcool (mesure nationale et locale, ça joue sur la durée de l'interdiction)
  • Port du masque obligatoire dans les transports en commun
  • Port du masque fortement conseillé à l'extérieur de chez soi (on n'a pas cherché, on a mis des masques assez rapidement avant que ça ne devienne systématiquement attendu!)
  • Gel hydro-alcoolique à dispo partout dans les commerces
  • Prise de température à la poste ou au 7/Eleven (= les supérettes)
  • Extension automatiques des visas pour les touristes bloqués en Thaïlande

Incertitudes et réponses

On a pu remarquer un truc depuis le début de la crise liée à l'épidémie, c'est le sentiment de ne pas savoir de quoi sera fait demain, l'incertitude qui découle de la gestion de crise. Honnêtement, en tant que nomade, on a eu peu de stress ou d'interrogations. On se doutait en arrivant en Thaïlande qu'on risquait d'être bloqués. On s'est demandé ce qu'il allait advenir de nos visas, quelques jours après on avait la réponse. On s'est demandé sous quelles formes allait être l'état d'urgence, on a eu des réponses claires rapidement (en quelques jours). On s'est aussi demandé dans quelles mesures l'état d'urgence allait se prolonger après le 30 avril. Pour ce point nous n'avons pas encore les réponses à l'heure où j'écris ce paragraphe.
Dans mon boulot, ça a été un poil différent. Je bosse essentiellement avec des français. Et l'incertitude liée à la crise s'est infiltrée même dans les grandes entreprises françaises. Les 10 premiers jours de confinement en France c'était le bordel. Des infos qui se contredisaient surtout. Et après, ce fut relativement plus calme, notamment chez les boites françaises. (Les boites qui sont basées dans d'autres pays européens avaient un positionnement différent et bien plus clair. C'était appréciable!)
Mais cette incertitude, cette idée de ne pas savoir de quoi sera fait demain était aussi dans la sphère privée. Je n'ai pas compté le nombre de conversations que j'ai eue avec des potes en France où cette question a été abordée. L'idée est revenue dans la majorité de mes conversations... A mon sens, ça aurait pu être évité. Je ne vais pas rentrer dans les détails, je pense que le gouvernement français n'a pas su / ne sait toujours pas gérer la crise liée au Coronavirus en France. Et si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que je me demande comment ça va se passer en France si / quand il y aura une deuxième vague de contamination après le déconfinement.

nomade voyage journal pas confinement thailande semaine 6

Notre quotidien à Kanchanaburi cette semaine

Rien de bien palpitant. Vraiment rien!
J'ai travaillé, comme toutes les semaines. Je ne sais plus quel matin il y a eu une coupure de Waïfaï... Une heure ou un peu plus. Je crois qu'ils avaient oublié de payer la facture ou un truc dans le genre. Le wifi ici en Asie n'est pas comme en France. En France, ton réseau merde, tu appelles une plateforme où un opérateur te prend un peu pour un con ("Madame, est-ce que vous avez branché votre box?") et si au téléphone il n'arrive pas à résoudre ton problème, un rendez-vous est fixé à la saint Glinglin entre 8h et 18h. Ici, tu as un problème, tu appelles. En général, le problème est réglé dans la demie-journée. Du coup, quand il y a une coupure de wifi, on ne se bile pas trop. On se doute que ça va revenir. Pendant la coupure, j'ai bossé mais différemment.
A part ça, on a toujours envie d'arracher la langue à une partie des touristes avec qui on vit... Ils ont compris que Flo et moi étions très calmes et qu'on ne tenait pas à se mêler à eux. En revanche, on les trouve toujours bien trop bruyants. J'essaye de prendre du recul, ça marche relativement. Je passe aussi beaucoup plus de temps dans la chambre où je suis plus au calme. (Et au moment où j'écris ces quelques mots, j'ai le singapourien qui vient de se poser en face de moi avec sa musique de merde... Ca se voit que je suis entrain d'écrire bordel!!!!!)
Ahhh sinon cette semaine, j'ai regardé un cours du Collège de France. L'institution met à disposition de nombreux cours universitaires. Et j'ai regardé un cours sur le travail de Le Corbusier en Inde par Jean-Louis Cohen - architecte et professeur à l'université de New-York et au Collège de France. Cohen est intéressant, ça il n'y a aucun soucis. A la fac en littérature, j'avais certains profs qui encensaient un peu trop les auteurs que l'on étudiait. Ce n'est pas le cas de Cohen à propos de Le Corbusier. Ce dernier était "un peu" un connard et cette facette n'est pas cachée dans le cours. Je sors du cours en précisant que mine de rien Le Corbusier était un fasciste. La question qui s'est posée il y a quelques semaines à propos de Polanski et de son film, on pourrait aussi bien la poser à propos de Le Corbusier et de ses habitations. Faut-il séparer l'homme de son oeuvre? Honnêtement, je n'ai pas d'avis sur la question. C'est juste un autre exemple, moins contemporain!

Voilà, voilà! Je vous laisse sur cette question. J'espère que votre semaine à vous s'est bien passée. Peut-être qu'à partir d'aujourd'hui vous repartez au boulot, dans ce cas, je vous souhaite une bonne reprise!


Découvrez notre quotidien en Thaïlande pendant l'épidémie de Covid-19

nomade journal confinement voyage thailande semaine 6

Comments are closed.