slow living 8 manieres de consommer moins mais mieux

Je vous invite souvent à repenser votre manière de consommer. Quand on cherche à ralentir, ce n'est pas juste ralentir le temps qui passe trop vite. C'est un peu plus complet que ça. On change le regard que l'on a sur le monde qui nous entoure. On regarde différemment nos habitudes et dans ces dernières, il y a nos habitudes de consommation. Je ne vais pas vous dire que le système dans lequel on vit est le grand méchant de l'histoire. C'est vrai, mais je ne vais pas m'appesantir à ce sujet. Je pense que vous en êtes conscient au moins au temps que moi. Non, le sujet ici, c'est notre confort. Même si le mien est assez différent du votre, il y a une certaine forme de confort dans nos habitudes. Et comment faire pour changer nos habitudes, sans perdre en confort? Vaste programme mais pour faire simple, commençons par de petits pas. Vous verrez dans cet article, 8 manières de consommer différemment mais mieux. Je vais aussi revenir vite fait sur ma consommation, mes points forts mais aussi mes points faibles. Je ne me place pas sur le blog comme donneuse de bons conseils. Non, c'est une démarche dans laquelle j'évolue aussi. Et du coup, j'ai moi aussi des pistes à améliorer. Bref, j'espère que la suite vous donnera des idées pour changer votre manière de consommer et vous aidera à adopter des habitudes less is more.

la newsletter minimaliste

Consommer moins mais mieux: Privilégier le seconde main

Avec Flo depuis qu'on est en Asie on privilégie le seconde main. En France, on le faisait aussi mais moins souvent. Faut dire qu'on avait plus de vêtements et on avait moins souvent besoin d'en changer. Maintenant, comme on fait avec une quantité de vêtements réduite, on les use beaucoup plus vite et donc on a besoin d'en changer plus souvent. On pourrait se dire qu'acheter du neuf durerait plus longtemps. Mais les vêtements qu'on achète en seconde main sont de bonne qualité et sont souvent en très bon état. Pourquoi payer jusqu'à 10 fois plus cher alors?
Le soucis avec le seconde main c'est qu'on ne trouve pas forcément tout de suite ce que l'on cherche. Flo par exemple a des attentes bien spécifiques quant aux shorts qu'il met / qu'il achète. Par conséquent, on va fréquemment dans les boutiques de seconde main pour voir s'il y a de la nouveauté. (En Malaisie et en Thaïlande, il y a de nombreuses boutiques donc quand on est dans ces pays, on se rhabille!)
En France, on avait pas mal de meubles qui avaient déjà eu une ou plusieurs vies avant d'arriver chez nous. On allait souvent chez Emmaüs, chez les antiquaires (parce que parfois il est possible de faire de bonnes affaires). Certains meubles avaient été chinés sur une brocante puis retapés. J'avais même des meubles qui avaient été récupérés aux encombrants. Ils étaient destinés à la déchetterie alors qu'avec un bon nettoyage et un bon coup de peinture, ils étaient tout à fait sympas.

Consommer moins mais mieux: Acheter en vrac

Acheter en vrac c'est de plus en plus faisable, même en grande surface. Les denrées qui se sont pas / peu périssables se prêtent bien au vrac, comme la farine, les pâtes, la semoule... En plus, une fois que c'est mis dans un joli bocal, ça devient déco dans la cuisine. C'est donc tout bénéf! Ce qui est intéressant dans le fait d'acheter en vrac c'est qu'on économise sur les emballages. Même si on ne tend pas à un quotidien zéro déchet, on peut faire en sorte d'en avoir moins. En revanche, ce qui m'a toujours un peu dérangé c'est que le vrac ne permet pas de savoir la "qualité" des produits. Est-ce que les pâtes en vrac sont bonnes? A vous d'essayer sur une petite quantité avant d'en acheter plusieurs kilos!

Consommer moins mais mieux: Choisir le slow made et le local

J'ai eu l'occasion de vous parler de slow made il y a quelques mois maintenant et c'était dans le cadre de la décoration essentiellement. Pourtant le slow made s'applique à un tas de produits que l'on consomme au quotidien. Choisir des vêtements ou des bijoux confectionnés par une créatrice locale. Choisir le made in France plutôt que le made in China / India / Bangladesh. Dans la déco c'est préféré l'artisan qui vit à 80 bornes plutôt que d'acheter chez Ikea, Casa ou même Maisons du Monde. Ce qui est intéressant dans cette manière de consommer, c'est que l'empreinte carbone est moindre, c'est que vous pouvez vraiment échanger avec l'artisan à propos des matériaux et de la fabrication. Et puis au lieu de payer peanuts un petit enfant qui assemble vos meubles / fringues, vous aidez un voisin à payer ses factures. Le côté moins sympa c'est que le local et surtout la fabrication artisanale coûtent plus cher. Mais comme vous n'allez pas changer de meubles tous les 2 ans, ça vaut peut-être le coup de mettre un peu plus d'argent dans vos achats. C'est plus un investissement.
D'ailleurs, j'en profite pour vous glisser un mot à propos d'un de mes projets de 2020: promouvoir le slow made. Ca va se faire en plusieurs temps. La première étape est lancée depuis quelques semaines. C'est un groupe Facebook où je vous propose de découvrir des créateurs made in France. C'est par ici si ça vous intéresse.

Slow made france consommer moins mais mieux

Consommer moins mais mieux: Le co-voiturage et les transports en commun

Je n'ai pas le permis, je n'ai jamais eu de voiture pour aller bosser. J'ai eu un Vespa. Mais la plupart du temps, j'allais bosser à pied ou en bus. Quand on est rentré en France en 2018 pour quelques semaines, j'ai pris le bus quand je devais me rendre sur Dunkerque. Bon, j'avoue, le bus gratuit, c'est quand même la cerise sur le gâteau, même si avec les changements qui ont été faits depuis la gratuité du réseau, mon trajet est sensiblement plus long. (3h30 pour faire l'aller retour Grand Fort / Dunkerque, heureusement que j'ai l'habitude des transports en Inde, je suis devenue plus patiente!) Bref, je comprends que la voiture soit sensiblement confortable au quotidien quand on va bosser, qu'on a des gosses à conduire à droite et à gauche, quand on veut faire son plein de courses... Mais le confort peut être différent quand on prend les transports en commun. (Le nombre de fois où j'ai dormi dans le bus, même en France....) J'avoue que la société française n'est pas faite pour se passer facilement de voiture. Faire ses courses dans les commerces de proximité même les supérettes, ça coute une blinde. Pour être propriétaire, on a aussi tendance à s'éloigner de notre lieu de travail. Etc. Parce qu'ils sont nombreux les exemples où la bagnoles devient une normalité dans le quotidien et dans vos habitudes. Il y a cependant des manières d'y échapper, il faut parfois prendre un peu plus de temps. Mais ça vous fera faire des économies au moins en carburant.
Si ça vous semble impossible d'aller bosser en bus, avez vous pensé au co-voiturage?  Perso, je m'en suis peu servie et c'était surtout sur des trajets plus longs. Quand tu vois le prix du train, tu réfléchis à 2 fois et le co-voit' est intéressant. Partir entre collègues pour aller bosser. Partir avec des inconnus pour faire des trajets un peu plus longs. Ca peut valoir le coup vu que les coûts sont partagés.

Consommer moins mais mieux: Refuser les produits sur-emballés

Dans ce point pour consommer moins, on est dans la même dynamique que le zéro déchet. Refuser les produits qui sont bien trop emballés. Même en Asie on le fait. Pourquoi acheter une banane emballée sous vide individuellement? Je n'ai pas encore saisi l'intérêt... Je suis d'accord qu'en France c'est chaud. Je te rassure, en Asie, ça l'est aussi. Le paquet de biscuits en carton avec un emballage plastique à l'intérieur. Mouais. La même boite avec des emballages individuels, je pense qu'on peut s'en passer. Et même si les emballages individuels, c'est pratique pour les goûters des enfants, je vous rappelle qu'à notre époque, on avait des boites à biscuits pour aller à l'école ou au pire nos parents les emballaient dans de l'alu.
Même si c'est un point qui semble compliqué, ne vous foutez pas la pression pour réduire vos emballages à 90% en un mois, c'est un coup à être démotivé(e) dès le départ. Petit à petit affinez votre regard pour trouver les produits qui ont moins d'emballages. Faites aussi des aménagements dans votre emploi du temps pour aller sur le marché. Les produits frais là-bas ne sont pas emballés à outrance et vous y ferez sûrement la connaissance de producteurs locaux.

Consommer moins mais mieux: Trouver les équivalences ecofriendly

Là, ça devient un peu plus compliqué. Tout ce qui est du domaine écolo est à la mode et donc on voit fleurir sur le web un tas de certifications plus ou moins valables. Et honnêtement, je n'ai pas encore consacré d'articles à ce propos parce que même moi dans le domaine de la déco et plus particulièrement dans celui de l'ameublement j'en perds mon latin. C'est le bordel.
Je vous renvoie vers le site de l'ADEME (l'Agence de l'Environnement et de l'Ecologie) et plus particulièrement vers cette page qui classe les labels selon les domaines de compétences. Cela devrait vous donner des indications fiables sur lesquels vous baser pour faire vos choix futurs. Un jour je ferai l'effort de me pencher sur la question mais je sais que ça va me faire péter les plombs et que je vais me tirer les cheveux quand je vais tomber sur des imposteurs qui auront créé un pseudo logo écolo avec aucun label derrière. C'est déjà arrivé. Ca m'a énervée bien comme il faut. (J'adore me rendre compte qu'on prend les consommateurs pour des cons!)

consommer moins mais mieux idees pratiques

Consommer moins mais mieux: Faire réparer son électroménager

C'est un geste qu'on faisait en France, du moins, quand financièrement c'était possible. Je ne vais pas revenir sur la problématique de l'obsolescence programmée, on sait tous que ça existe. Faire réparer son lave-linge, sa cafetière ou encore son micro-onde c'est possible. Il y a de plus en plus d'enseignes qui propose la réparation et qui sont capables de réparer. (Ouais parce que j'ai déjà eu le coup de me pointer à un SAV et qu'en fait le gars ne savait pas faire...) L'intérêt de la réparation c'est que normalement c'est moins cher que le neuf, normalement! Et qu'en plus ça nous permet de ne pas jeter. Imaginez un peu, si on part du principe qu'une machine à laver fait 15 ans, il vous en faudra 4 au moins dans votre vie. Idem pour le frigo. Sans parler du recyclage des différents matériaux qui composent ces appareils électroménagers, rien que dans l'encombrement, ça ait réfléchir. On ajoute à cela les plus petits appareils, les téléphones, les ordinateurs, etc. etc. Et on se retrouve face à une montagne de différents matériaux à recycler. (Et pour le moment, le recyclage n'est pas à 100%). Bref, vous l'aurez compris, quand c'est possible autant faire réparer son électroménager. Vu la tendance, cela devrait être plus facile et moins cher dans les années à venir!

Consommer moins mais mieux: Réfléchir avant d'acheter

Dernier point mais pas des moindres: penser son achat avant de passer à l'acte. Je ne vais pas vous jeter la pierre, jusqu'à ce que j'embrasse le mouvement slow (c'est à dire récemment au final, 3 ans), je consommais sans trop réfléchir. Même si je faisais gaffe au prix, je ne consommais pas avec conscience. Du moins pas pour tout.
Est-ce que ça se recycle? Est-ce qu'il y a le même produit avec moins d'emballages? Est-ce que je peux trouver le même produit mais fabriqué plus près de chez moi? Est-ce que c'est local? Est-ce que j'en ai vraiment besoin? Et cette liste de questions pourrait être bien plus longue. Que ce soit à propos des aliments, des fringues, de la déco et de l'ameublement, de la voiture, des enfants... Il est impératif que l'on change notre regard sur ce que l'on consomme. On s'en rend compte depuis que l'on vit en Asie, il y a des choses qui nous semblent normales en France qui ne le sont pas en Asie, comme l'accès à l'eau potable par exemple! Et prendre le temps de choisir avec soin ce que l'on achète nous permet de moins consommer. Parce que s'interroger prend du temps, on évite les achats sur un coup de tête. Parce que s'interroger nous permet de voir ce qu'on ne veut plus au quotidien. Je ne vous dis pas de suivre à la lettre les différents points de cette liste, je vous invite à vous demander ce que vous pouvez appliquer dans votre quotidien. C'est de cette manière que les choses vont changer durablement. Vous pouvez vous laisser séduire par la tendance Zéro Déchet et au final laisser tomber dans 2 ans parce que la mode sera passée. Ou alors vous pouvez faire quelques modifications de trajectoires. Et dans 10 ans, vous aurez fait plus qu'en 2 ans de tentatives de Zéro Déchet. Vous voyez où je veux en venir?

Comment moi, Julie, je consomme moins mais mieux?

Si j'écris cet article ce n'est pas pour vous faire culpabiliser de ne pas être écolo à fond les ballons en plastique. Ce n'est pas non plus - comme je viens de l'écrire - pour vous donner une recette miracle. Non, si je vous écris cet article, c'est parce que je me suis demandée comment je pouvais consommer moins mais mieux au quotidien. Il y a déjà des habitudes que nous avons mis en place et qui font qu'on consomme différemment. Mais comment on peut affiner tout ça encore un peu... Je me pose la question. C'est en cogitation.
Pour répondre à la question que je pose en sous-titre, voilà comment on consomme moins au quotidien. Ca vous donnera peut-être des idées. Je sais qu'il y a des choses plus difficiles à mettre en place aussi quand on vit en France:

  • On achète nos vêtements de seconde main
  • On attend que nos vêtements soient troués pour les changer
  • On fait moins d'une machine à laver par mois
  • On n'a ni frigo, ni machine à laver à nous (on n'a pas de maison à nous vu qu'on est nomade)
  • On mange local
  • On mange au restau la plupart du temps donc moins de déchets et pas d'emballages
  • On achète du savon solide et pas du gel douche (c'est un peu mieux niveau emballages, mais ce n'est pas encore ça!)
  • Flo et moi utilisons le même savon, le même shampoing, le même dentifrice
  • Je ne me maquille plus et je ne mets plus de déo (#jesuedoncjepue et plus sérieusement, il fait tellement chaud que le déodorant est désuet...)
  • On utilise des sacs réutilisables pour faire des courses
  • On n'a pas d'eau potable au robinet
  • Flo n'utilise pas de papier toilette (vive la douchette!)
  • On utilise trèèèèèès rarement les transports individuels type taxis ou Uber
  • On utilise rarement les transports en commun et on marche un maximum (on peut rester 3 mois sans monter dans n'importe quel type de transports)
  • Je n'ai pas besoin de transports pour bosser, un ordi et du wifi me suffisent

Il y a encore des points où on pourrait faire moins mais mieux. On consomme pas mal de bouteilles d'eau alors qu'en Asie du sud est il est facile de trouver des "refill" d'eau potable. Il faudrait que je trouve la gourde parfaite. Je bois beaucoup de soda, c'est mon apport en sucre et j'aime le soda, mais à chaque fois, ça va avec une bouteille en plastique. Il faudrait qu'on trouve des pots de café 3 en 1. Pour le moment on est sur de la dosette, c'est pas génial. Il faudrait que j'arrête de grignoter de la merde... Mais je suis une grignoteuse contrairement à Flo. Et il y a le soucis du paquet de clopes. Ca aussi c'est du déchet! Bref, je ne vise pas la perfection parce que c'est un jeu sans fin. Ca (les améliorations qui pourraient être faites) restent dans un coin de ma tête et on verra si / quand on a l'occasion de les mettre en pratique.


Vous cherchez plus de ressources pour adopter un mode de vie slow?

slow living 8 manieres de consommer moins mais mieux

5 commentaires


  1. Coucou, super article qui propose de nombreuses pistes pour améliorer sa manière de consommer 🙂 Ca permet aussi de faire un bilan sur notre propre consommation : pour ma part, je suis fière de me rendre compte que j’ai quand même bien avancé dans ma démarche, mais je réalise aussi que certaines choses seront vraiment difficiles à appliquer pour moi.

    1. Author

      Je suis heureuse que cet article te plaise. Je suis allée voir ton bilan et il est vraiment pas mal du tout. On a tous des points faibles et des points forts dans ce qui est du domaine de la consommation. Mais on a du temps pour s’améliorer. A partir du moment où on a la volonté d’être dans une démarche plus attentive, il y a déjà un grand pas de fait. Et petit à petit, on peut tous améliorer nos habitudes 😉

  2. Ton article me parle beaucoup ! Je me souviens très bien de ma petite boite à gateaux que ma maman remplaissait le matin et que je glissais dans mon cartable !!!
    Pour ce qui est des transports, l’Asie m’a beaucoup changé aussi. Là-bas, comme tu le dis, c’est monnaie courante de partager les transports et on développe une grande patience même lorsque les trajets durent longtemps !!

    1. Author

      Merci pour ton commentaire. C’est chouette d’avoir ton retour puisque toi aussi tu as voyagé en Asie. Tu n’as pas de mal à imaginer ce que j’écris 😉 J’avoue que prendre le train en Inde ne me manque pas tant que ça…
      Et la boite à gâteaux. Ahhh quel doux souvenir!
      A très bientôt, je t’embrasse 😉

Comments are closed.