quotidien digital nomade en asie

Depuis quelques mois, j’essaye de vous montrer comment se passe mon boulot alors que je suis en Asie. La semaine passée, quand je préparais mes articles, j’avais décidé d’écrire sur le fait que les freelance n’avaient pas vraiment de respect de la part de certains clients. L’article est encore en brouillon, mais je pense que je ne vais pas le publier parce qu’au final, il n’est pas très positif. Il aura au moins eu l’intérêt de cracher la colère que j’avais… Ouais, la semaine passée, je n’ai pas eu que des clients fantasmagoriques. Mais passons, dans cet article, je vais te parler de mes conditions de travail en Asie.

wifi au laos digital nomade

Mes pré-requis pour travailler en Asie et en ligne

Tout digital nomade qui se respecte te dira que sans wifi, bah, tu ne travailles pas. C’est un peu la base de nos boulots. J’arrive à bosser hors ligne, mais la plupart du temps, je suis connectée. Les articles n’arrivent pas par magie sur le blog. Mes mails ne se lisent pas tout seuls. (Dommage, pour certains!)
Après, j’ai besoin de mon ordi et éventuellement ma tablette. Dans le genre minimaliste, je me pose bien là. Mon bureau est très sommaire, même sur le Mac. Je n’ai pas 36 000 dossiers. J’essaye de ne pas avoir 36 000 onglets d’ouverts. J’ai un navigateur pour bosser et un autre pour le perso, comme ça je ne suis pas tenter de glander sur Facebook quand je suis en train d’écrire! D’ailleurs, j’écris une grande majorité de mes brouillons hors ligne, sur Evernote, pour être moins tentée de faire 36 choses en même temps!
>>> Découvrir mon organisation de travail sur Evernote

travailler en asie nomade digital

Où est-ce que je travaille? Quand je travaille?

Ca dépend, ça dépasse! Il y a deux semaines, je me la pétais sévère au bord d’une piscine à Luang Prabang. Je crois que c’est l’endroit le plus sympa que j’ai fait. La plupart du temps, je bosse à l’abris du soleil, parce que l’ordi chauffe sans avoir besoin d’ajouter le soleil qui tape dedans. Et depuis qu’on est dans le sud est, je travaille essentiellement dehors. Ca fait un bien fou surtout au Laos ou en Thaïlande, le cadre est inspirant et la plupart du temps reposant.
Quand je suis en rade de wifi, je vais généralement au café. C’est une autre manière de travailler, mais quand je suis concentrée, je ne suis pas dérangée ni par la musique, ni par les clients. Le plus difficile c’est de faire comprendre aux gens que je connais, que je travaille… Même si je ne suis pas dans un bureau et que je suis sur Facebook. (Mais bon, j’avais le même problème en France!)

quotidien digital nomade en asie
Promis, j'ai un short sur la photo, c'est juste qu'il ne se voit pas ^^ Ahah!

Niveau emploi du temps, je fonctionne encore pas mal comme je le faisais en France. Je bosse au réveil. (Ouais, je suis assez au taquet le matin pour bosser, le soir en revanche, il ne faut pas compter sur moi). Donc avec le décalage horaire, je travaille quand vous dormez. Je travaille aussi l'après-midi quand c'est nécessaire. Je peux bosser le weekend si je m'ennuie. Je m'adapte aussi à ce que nous faisons et ce que nous prévoyons de faire. Par exemple, là, je suis à Luang Prabang depuis 3 mois (pour ce visa), on fait moins de visites, j'ai plus de temps pour bosser. En revanche, quand on découvre une nouvelle ville ou qu'on se tape 20 heures de bus, je m'avance pour avoir du temps pour moi.

cadre de travail au Laos hotel piscine
Le meilleur cadre de travail de tous les temps (en tout cas depuis qu'on est arrivé en Asie!)

Et les clients dans cette affaire?

Comme j’en parlais dans l’article où je t’expliquais mon taf dans une agence de voyage (tu peux le lire ici), je ne vois jamais mes clients. J’ai bien un Skype, mais je ne l’utilise pas souvent. En fait, je ne l’utilise que très rarement. Je passe par mail et dans 95% du temps, ça se passe très bien. C’est un peu comme dans une boulangerie, la plupart des clients sont charmants. Et il y a bien sûr quelques trou du culs qui se perdent. J’adore les partenaires charmants. Quand on sait me brosser dans le sens du poil (dire bonjour et me respecter), je suis un amour. Il m’arrive même de faire un geste.
En revanche, je fais un autre type de geste, bien moins amical quand on me chie dans les bottes. Depuis qu’on vit et que je travaille en Asie, j’ai appris à dire non. Il arrive que les gens n’apprécient pas. J’ai fait le choix de travailler en alignement avec ma manière de vivre, je ne veux pas être contrainte à faire de la merde parce qu’on me le demande… Maintenant que je sais dire non, mon prochain objectif est de laisser couler, lâcher prise. Autrement dit, il faut que j’arrête de m’énerver devant mon ordi. C’est pas très bon pour mon équilibre. Mais bon, ça j’ai encore du boulot ^^

digital nomade en asie experience