Mon titre me fait un peu rire, je ne suis pas bien certaine qu’on puisse réellement se préparer à la vie nomade les fesses dans un canapé. Mais il y a quand même quelques petites choses qu’on peut faire avant de partir et de rendre son dernier trousseau de clefs. Aujourd’hui, je m’arrête le temps d’un instant sur ce que nous avons fait pour préparer notre changement de vie. Et si vous êtes dans la même démarche que nous, cela vous donnera peut-être quelques pistes.

partir pour une vie nomade

Voyage – déménagement – changement de vie – vie nomade

Avant d’écrire cet article, j’étais en train de bosser sur la nouvelle version de ce blog. Au départ, on pensait créer un webzine à part entière pour notre trip en Inde et puis on s’est dit que Cocon pouvait s’adapter. Mais pour s’adapter, fallait bien mettre un mot sur l’aventure que nous nous apprêtons à vivre. Ce n’est pas tout à fait un voyage parce que le voyage s’apparente à des vacances. Sauf que je vais bosser quand même. Ce n’est pas non plus un déménagement. Certes on rend notre appart’, on ne va pas dormir sous un pont… Mais on n’embarque qu’un sac à dos en guise de maison. (Comme dit mon frère: “On est propriétaire” d’un sac à dos!). C’est un changement de vie radical, mais on peut très bien changer de vie sans changer de ville / pays. Bref, pour le moment, dans la configuration des choses, notre vie s’apparente plus à une vie nomade. Même si on a pour projet de rester dans une même ville pendant les mois à venir, on envisage aussi de bouger après dans d’autres pays d’Asie. Donc être nomades, c’est que qui nous qualifie le mieux. Et puis mine de rien, c’est rassurant de mettre une étiquette sur ce qu’on est en train de réaliser.

partir vie nomade preparatif

Préparation: Les papiers et l’administratif

Pour partir en Inde, on a besoin d’un passeport et d’un visa. Le tout est bien gentiment payant, évidemment. Le passeport, ça va vite à faire. Il suffit d’aller en mairie avec le Cerfa adéquat et les papiers demandés. On a déposé notre demande un mardi, on a récupéré nos passeports flambants neufs le lundi suivant. Pour entrer sur le territoire Indien, il faut un visa. A l’heure où j’écris cet article, on est en train de se pencher sur la question. Toutes les informations sont sur le site VSF.global.
Au niveau du voyage, on est aussi en train de se pencher sur la question de l’assurance, qui te coûte un bras et un rein. Il faut compter un peu plus de 1000 balles pour 2 pour 6 mois. Ca pique pas mal. En plus, on part quand même pour plus de 6 mois, puisqu’on n’a pas de date retour. Bref, on est en train de se renseigner sur le web, mais aussi chez les assureurs près de chez nous.
Forcément quand on part comme ça, il y a aussi l’administratif à la con qu’on déteste tous qu’il faut en compte. C’est comme ça que j’ai appris que la 1ère année suivant le départ, pour la déclaration d’impôt, il fallait déclarer comme d’hab jusqu’à la date de départ et ajouter le Cerfa 2042-NR, NR qui signifie non-résident qui touche encore un salaire français, ce qui est mon cas puisque je garde mon auto-entreprise.
L’entreprise, c’est pareil, c’est de l’administratif… Et là, quand on regarde sur le web, on voit que c’est le bordel et pas tout à fait clair! Sur le site de la CCI France, on a un début de réponse: Il faut avoir une adresse en France et voir avec le centre des impôts des non-résidents.

preparatifs voyagePréparation matérielle et immatérielle

C’est bien, quand on vit chez soi, on a un certain confort: un lit, un canapé, une cuisine… Bref, un tas d’objets qui contribuent plus ou moins à notre bien-être au quotidien. Sauf, que dans notre cas, on n’en a plus besoin. Il a fallu donc se débarrasser d’un maximum de nos affaires. On a donné pas mal de choses à une asso près de chez nous, notamment une bonne partie de mes livres, une partie de nos chaussures et de nos vêtements. On en a gardé un peu qu’on a stocké pour le jour où on reviendra. On a vendu aussi ce qu’on pouvait vendre. Facebook c’est pratique, même si ça prend pas mal de temps de tout mettre en ligne dans chaque groupe de vente du coin. Il y a aussi Le Bon Coin, mais ça a perdu en intérêt. Les gens n’y vont plus autant qu’avant et il y a beaucoup d’escrocs! Comme une gourde, j’ai oublié de préciser sur les annonces que je n’acceptais pas les mandats cash, donc j’ai été assez ennuyée par des pesudos acheteurs qui veulent “payer” en mandats.
Il y a aussi tout ce qui est papiers à la con qu’il faut garder: feuilles d’impôts, salaires, etc… A la maison, ça prenait pas mal de place. On a tout mis en carton, mais on a scanné et numérisé l’essentiel, histoire d’être tranquille à l’étranger. (Et ne pas avoir à appeler quelqu’un en cas de soucis).

Le cas des chats – C’est ce qui m’arrache le plus le coeur dans ce projet: laisser mes chats. Il a donc fallu trouver une gentille famille à qui les donner. Et comme ce ne sont plus des chatons tout mignons, c’est un chouïa plus compliqué!

Et il y a aussi la partie des affaires que l’on embarque avec nous. Tout doit être réfléchi pour que 1/ Ca rentre dans le sac à dos 2/ que le sac à dos ne pèse pas 100kg. Limite, rien que pour ça, je pourrais faire un article… Mais je vais éviter, j’ai peur de vous ennuyer avec tout ça.

avant de partir vivre a letrangers

Préparation psychologique

Je ne suis pas certaine qu’on puisse vraiment se préparer à 100% à une telle vie, le cul rivé au canapé. Donc pour éviter la casse, on a fait en sorte de se préparer comme on pouvait. On a beaucoup lu, tout et n’importe quoi. Perso, il y a certaines pages des sites gouvernementaux que je connais par coeur, à force de les lire et les relire. Il y a des blogs de voyageurs qui sont vraiment d’une grande utilité que ce soit pour préparer le voyage ou pour avoir une idée de ce à quoi on doit avoir à s’attendre. Et parfois au fils de nos lectures, on tombe sur des récits qui ce sont mal passés. Ca peut arriver. On en est conscients. On s’est aussi dit en lisant certaines personnes, que le problème ce n’était pas forcément l’Inde, mais la personne qui avait voyagé. (Bref, des mécontents, y’en a partout…) Ce qui me fait rire, c’est que depuis qu’on a décidé de partir, je lis fréquemment que l’Inde a une odeur particulière (y’a pas de toilettes partout, y’a pas de système de ramassage des ordures comme chez nous…) et donc maintenant, je me dis que c’est ptet l’odeur indienne quand je sens une vieille odeur de pisse dans la rue! Ce n’est pas très glam’ mais ça fait partie de ma préparation psychologique.
Il y a aussi les grandes étapes à franchir avant de partir: Annoncer à nos familles et nos amis qu’on va partir, récupérer nos passeports, donner son préavis, dire à son boss qu’on ne reviendra pas, l’annoncer aux élèves aussi, récupérer les visas, rendre l’appartement, prendre les billets d’avion… Bref, il y a un tas d’étapes plus ou moins faciles qui nous permettent de nous voir avancer et de prendre conscience que se barrer à 9000 bornes, ça ne déconne pas!

Bref, à lire comme ça, ça doit sembler facile. Ca ne l’est pas tout à fait. Plusieurs fois par jour, je me demande si c’est une bonne idée… On est aussi hyper impatients d’être là-bas, parce qu’on voit notre appart’ se vider, parce qu’on perd patience assez vite avec des conneries, parce qu’on voit le temps avancer et on se dit: “Dans un mois, on y sera”, “dans trois semaines”… Forcément, si vous aussi vous vous préparez à quitter la France, je vous conseille de revérifier tout ce qui concerne l’administratif, ça change assez régulièrement et ce qui est vrai pour nous, ne le sera pas forcément pour vous.