Depuis que je tiens ce blog, je vous parle tous les ans de Carnaval. Cette année je ne déroge pas à la règle, il n’y a pas de raisons… Bien que la saison ait commencé depuis plusieurs semaines, je profite toujours des 3 Joyeuses pour vous parler de carnaval. C’est le moment que tous les médias choisissent pour vous en parler, mais la plupart du temps, ces médias (sauf les médias locaux) n’ont pas vraiment les pieds dedans…

Les 3 joyeuses, c’est quoi? C’est 3 jours de carnaval. En fait ça peut-être un peu plus… Mais j’y reviens après. Les 3 joyeuses commencent le dimanche par la bande de Dunkerque, suivie par le bal des Acharnés. Le lundi on se rhabille, on se remaquille et on continue avec la bande de la Citadelle. Le mardi c’est la même chose mais à Rosendaël. La Citadelle et Rosendaël sont deux quartier de Dunkerque. La bande de Dunkerque se passe dans le centre ville. Donc si t’as bien suivi, c’est 3 jours de fête, 3 jours de carnaval… Mais avant il y a les bandes du samedi (Grande-Synthe et la Basse-Ville), si tu y tiens et il y a le bal de l’Oncle Co’ le samedi soir. Si tu y tiens vraiment, vraiment, il y a les bals du vendredi soir comme à Gravelines. Donc pour résumer, tu peux être parti de chez toi du vendredi soir jusqu’au mardi soir… Et ouais! Honnêtement et personnellement, l’an passé, j’ai fait le bal du samedi, la bande du dimanche pour laquelle j’organise une chapelle, le bal du dimanche… Et le lundi, sous le froid et la neige, j’étais au Coca. Je n’en pouvais plus! Mais il faisait fort* froid.

carnaval dunkerque bande chapelle

Petit lexique pour les nons-dunkerquois:
“Touriste” – personne n’étant pas de Dunkerque et qui vient faire carnaval, pas le regarder, mais faire. Si un touriste est accompagné par un carnavaleux, il a des chances de bien tourner et de beaucoup d’amuser. Si ce n’est pas le cas, il risque de passer à travers l’essence même du carnaval. Variante du touriste: Le Gros Con de Touriste. Là, d’un coup ça devient plus péjoratif. C’est le connard qui se pointe sans cletch, qui s’incruste dans des chapelles, qui fait n’importe quoi dans la bande ou dans le rigodon. Lui, il a toutes les chances de se faire mal / de se retrouver au CHD ou au poste de secours / de se faire envoyer chier!
“Carnavaleux” – personne qui fait carnaval dans le respect des traditions.
“Ma Tante” – Carnavaleux déguisé en femme ou pas.
“Chapelle” – maison, appartement, atelier ouverts aux amis, amis des amis où les propriétaires (les hôtes) offrent à manger et à boire aux invités. Une chapelle permet aux carnavaleux de faire une pause dans la bande pour reprendre des forces, se reposer un coup et surtout passer un bon moment.
“La bande” – deux significations 1° Journée balisée pour faire la bande, comme quand je dis: “c’est la bande de Dunkerque”, je parle en réalité du dimanche. 2° Cortège, mais dit comme ça c’est moins fun! La bande est organisée. Il y a les musiciens précédés du Tambour Major et de sa Cantinière. Ensuite, derrière les musiciens, il y a les 1ères lignes. Puis le reste des carnavaleux.
“Les 1ères lignes” – sans 1ères lignes, ce serait juste impossible de faire la bande. C’est un ensemble de carnavaleux, qui retiennent toute la bande au rythme de la musique. C’est des gars baraqués, mais qui n’arrivent pas là par hasard. Ils ont gagnés au fils des années cette place. Imaginons un peu qu’un touriste se retrouve dedans, il va se faire gentiment virer (parce que ce n’est pas sa place) et il va pouvoir sortir avant de se faire écrabouiller. Les 1ères lignes retiennent des milliers de personnes! Et dans les petites rues, comme celle de mon atelier, la pression de la foule est importante puisque la bande doit se resserrer.
“Ligne” – ensemble de carnavaleux se tenant bras dessus – bras dessous, avançant au même rythme.
‘Tambour Major” – Chef d’orchestre de la musique et de la bande. Chaque ville à son Tambour Major. Sans lui, pas de musique, pas de bande.
“Cantinière” – bras droit du Tambour Major
“Bal” – Soirée dans une salle. A Dunkerque, il y a le Kursaal pour les bals. Chaque ville, selon son importance propose un bal quasiment. Les bals ont un ordre bien précis qui ne change jamais. A Dunkerque, ça commence avec le bal du Chat Noir et ça se termine avec le bal du Printemps. Les bals sont organisés par des associations philanthropiques, qui reversent une très grosse partie des recettes aux associations locales. Les bals au Kursaal proposent en général deux salles, la Grande Salle qui alterne musique de carnaval et musique populaire. Et la Petite Salle avec de la musique différente. Il y a quelque chose comme 12 000 personnes aux bals. Les bals du dimanche soir, celui des Acharnés et celui de la Violette (après la bande de Malo) sont moins bondés et sont moins infestés de touristes et d’ados. Il y a aussi les bals enfantin, l’après-midi qui sont réservés aux enfants. Parce Carnaval c’est aussi une histoire familiale.
“Chahut” – Moment fort de la bande, où la musique s’accélère. Les 1ères Lignes retiennent la bande, alors qu’elle continue d’avancer au rythme de la musique. Précision, j’ai écrit avancer, ça ne veut pas dire pousser, sauter, courir, juste avancer. Mais quand il y a plusieurs centaines de personnes qui avancent où qui tentent d’avancer en même temps, alors qu’elles sont retenues, ça donne un chahut. Quand tu es à l’intérieur, tu manges la fourrure du Carnavaleux devant toi. Si tu fais 1m60 comme moi, t’es pieds ne touchent plus le sol. Tu es tenu par la foule, c’est à dire les carnavaleux qui sont à tes côtés, mais aussi celui de devant et celui de derrière.
“Rigodon” – Apothéose de la bande. C’est à la fin, vers 19h. La Bande arrive au Kiosque (celui de Dunkerque est monté depuis plusieurs semaines, mais à Malo par exemple, le kiosque fait partie du décor toute l’année). Là, la musique, le Tambour Major et sa Cantinière montent sur le kiosque. Les Carnavaleux tournent autour du kiosque au rythme de la musique. A l’intérieur, c’est incroyable. De l’extérieur c’est magique parce que c’est coloré, c’est dense et il y a même de la fumée qui se dégage de la foule. Bémol: Depuis quelques années, le Rigodon de Dunkerque est infesté de jeunes et de gros cons de touristes. C’est très con, parce qu’ils rendent bien trop dangereux le rigodon. Depuis plusieurs années, je ne le fais plus, parce que je ne suis pas certaine d’être en sécurité. Je ne suis pas certaine de pouvoir faire confiance à ceux qui sont à mes côtés pour y aller de bon cœur sans me blesser.
“RESPECT” – “CONFIANCE” – “TRADITIONS” – “AMOUR” – Valeurs premières du carnaval souvent entachées par des malotrus: jeunes, touristes, personnes méchantes…

Pour conclure, toi qui n’est pas de Dunkerque, tu peux difficilement comprendre l’amour que l’on porte à notre carnaval. Tu peux difficilement comprendre qu’il y a bien plus que des cletches (déguisement), plus que de l’alcool, plus que des zotches (bisous sur la bouche)… Mais on ne t’en veux pas. Carnaval c’est un ensemble de choses qui font que c’est un moment convivial, agréable, fort en émotions… Il y a des gens que je ne vois qu’à cette période de l’année. Mais on ne se formalise pas avec ça.
Juste une dernière note et je termine ce long article. Je suis très attristée par les événements et la violence qui entachent le carnaval depuis quelques années. Je suis triste de voir que parfois c’est dangereux de faire carnaval parce que des personnes sont violentes, vraiment violentes (et je ne parle pas juste d’un poing sur la gueule). Je ne comprends pas cette violence et l’ampleur qu’elle prend au fils des années. Je ne comprends pas les gens qui viennent juste pour casser la gueule aux Carnavaleux. On ne vous emmerde pas. On fait notre carnaval de notre côté. Si vous nous aimez pas, on ne vous oblige pas à venir, ni à nous écouter. Foutez nous la paix!

* Utilisation de fort juste pour Chéri… Et parce que c’est un truc typiquement d’ici d’utiliser “fort” à la place de “très”.