Aujourd’hui, c’est la bande de Rosendaël. Heureusement que c’est à côté de la maison, parce que j’ai mal aux pieds. Je ne suis bien qu’en pantoufles, mais pour faire la bande, ce n’est pas recommandé… J’ai perdu ma voix aussi depuis dimanche. Tu vois la voix de Rocky Balboa? Bah, c’est une fillette à côté de moi! Comme promis j’ai tweeté mon carnaval. Ce n’est qu’une partie, parce que les bons moments, je les vis je ne les photographie pas.

Place Jean Bart en début d’après-midi

Par où commencer? Je dois avoir quelque chose comme 24heures en continu de carnaval dans les pattes…

On est parti à la bande dimanche avec Chéri, après avoir mis nos costumes et s’être maquillés. Tu as déjà essayé de maquiller ton homme? A la maison, c’est toujours partie de fou-rires. Déjà on est mort de rire quand je lui mets du fond de teint. Puis il stresse quand je m’approche de ses yeux et de son nez, et, comme son visage est peint en  entier, je ne peux pas ne pas y toucher! C’est folklorique.

Bref, on part à pied. Comme nous sommes responsables, on ne prend pas la voiture. On sait qu’on ne va pas sucer des glaçons! 20 minutes de marche au soleil dans les rues de Rosendaël puis Dunkerque. On rejoint des copains chez les pompiers. Les pompiers font chapelle avant bande, sauf que nous on arrive quand c’est fini! Pas grave, on a retrouvé les copains qui sont avec des copines à eux. Une des copines a une chapelle en ville. Elle nous embarque même si on se connait depuis 5 minutes, mais comme on est les copains des copains, y’a pas de problème.

On arrive à la chapelle. On est très bien accueillis. On a à manger et à boire. Il y a de la musique aussi. La copine du copain qui nous a emmené retrouve même son mari. On fait les présentations, on rigole, on mange et on boit un coup. La chapelle ferme ses portes à un peu plus de 4h pour le jet de harengs à la mairie (Le maire est au balcon de la mairie et jette des harengs et des homards à la foule. (Vidéo ici et ici si tu veux t’en prendre plein les yeux et voir l’ampleur du jet de harengs). On est dehors, on va voir à un endroit, mais y’a pas de chapelle donc on fait demi-tour et on part place Jean Bart (The place de Dunkerque! avec la statut de Jean Bart au centre qui est une des figures emblématiques de Dunkerque toute l’année et aussi au carnaval. Il a une chanson à lui et tout ça) On croise des gens que les copains connaissent. On discute. On m’appelle “Cocon de Déco”… Ça me surprend, parce que ce n’est pas mon prénom, à la base, mais ça me fait rire! Puis on s’en va un peu plus loin de l’autre côté de la place, pour retrouver l’une de mes meilleures amies. En bonus, elle est près d’un bar, on va pouvoir se désaltérer. (Depuis la sortie de chapelle, on a du faire un km dans un rayon de 200mètres!) Bonjour, Blabla, A soif, blabla, … Chéri s’en va avec les copains et je reste avec ma Morue de copine. Au pire on se retrouve au soir à la maison! Blabla, elles me racontent leur bal de la veille. Et on bouge, pour rejoindre d’autres copines. On va dans un café, histoire d’aller aux toilettes. Uhmmmm, pas de toilettes. Mini coup de gueule: Soyez sympas les gérants de café, ouvrez vos toilettes aux filles!!!!  Non, mais sérieusement, le problème des toilettes, c’est un VRAI problème à Carnaval que ce soit dans les bandes ou aux bals (où tu peux attendre 30 minutes dans une file pour juste faire pipi) Bref! On boit quand même une bière! Et on se remet en route vers un autre café, dans lequel on peut s’asseoir et aller aux toilettes. (J’y vais 2 fois pour être tranquille). On fait blabla, j’essaye de donner rendez-vous une autre copine mais on ne se verra que le lendemain avec un gros coup de bol!

La Bande

On s’en va faire rigodon. Rigodon, j’en ai parlé rapidement dans mon billet sur le carnaval. En fait pour faire simple, c’est l’apothéose de la bande. C’est quand la bande arrive place Jean Bart. Il est aux environs de 19h. Les musiciens montent sur le kiosque avec le tambour-major. La bande tourne autour du kiosque en rythme et en chansons. On entre dans la bande. On fait un tour et on se casse. Gros coup de gueule: Depuis quelques années, il y a deux rigodon: L’un place Jean Bart et l’autre dans un parc (appelé le rigodon alternatif). Au final, ceux qui sont au rigodon alternatif finissent par se déplacer jusqu’à la place Jean Bart. Mais, il y a un gros hic!!! Place Jean Bart, c’est le Bordel! Comme je l’ai écrit dans mon billet sur le carnaval, même si ça ressemble à un gros bordel, c’est codé et c’est bienveillant et c’est respectueux. Place Jean Bart, ça n’avait rien à voir avec un rigodon digne de ce nom. C’était dangereux, c’est désorganisé et rien ne tenait. Ça fait quelques années maintenant qu’un deuxième rigodon est organisé ailleurs, avec ceux qui savent faire et là, ce n’est plus dangereux, c’est agréable.  Je ne rejette pas la faute sur les touristes très nombreux, ni sur les gamins qui poussent, ni sur les dunkerquois qui se barrent à l’autre rigodon, ni sur les gens trop raides pour savoir tenir,  ni aux médias qui sur-médiatisent le carnaval, ni au film Bienvenue chez les ch’tis qui a fait croire au reste de la France qu’on est ch’tis alors qu’on ne l’est pas … Je ne rejette pas la faute sur une personne en particulier, mais j’aimerai que la Place Jean Bart soit rendue au Dunkerquois! On chante Jean Bart, ce serait bien qu’il nous voit du haut de sa statut!!!! Bref! J’ai suivi après avoir perdu mes copines la bande qui allait retrouver l’autre rigodon jusque la place. Pendant un moment j’étais accrochée à un skieur, puis à une dame, puis de nouveau au skieur. Là, c’était chouette!

Comme je faisais chapelle à la maison, j’ai décidé de rentrer après. J’ai pris sur le passage un hamburger. Là aussi c’est un épisode sympa de mon dimanche mais je ne peux pas out vous raconter, par peur de vous perdre dans mes digressions… Je rentre avec mon hamburger gratuit. Je suis toute seule mais comme j’ai la bouche pleine, ce n’est pas gênant. Devant moi, un couple s’arrête. La fille me regarde et me demande si je suis seule et par où je vais. Je lui réponds que je rentre derrière la mairie de Rosendaël. On fait le chemin ensemble. Ils ne veulent pas me laisser seule parce que ça peut être dangereux. Et faut le dire, c’est plus sympa de se taper la route à plusieurs. On fait connaissance. C’est super sympa. C’est le genre d’exemple qui fait que j’aime le carnaval de Dunkerque!

Place Jean Bart et le rigodon

J’arrive à la maison en même temps que ma Morue de meilleure copine et sa cousine. J’étais encore en train de parler avec ces gentilles personnes qui m’ont raccompagnée. Hop, on rentre et on met tout sur la table, on s’ouvre une bière et les gens arrivent petit à petit. Mon homme n’est pas loin, il est dans un bistrot avec les copains. Ils en ont récupérés d’autres au passage. Comme il n’y a pas eu de pluie, je n’oblige pas mes convives à retirer leurs chaussures de sécu avant de rentrer. Il y a 2ans, tout le monde avait joué le jeu et avait retiré ses pompes avant de rentrer pour ne pas ruiner mon parquet! Tout le monde arrive, on mange et on boit un coup. Je suis contente, ma soupe à l’oignon part et plait! D’autres amies de mes amies arrivent. J’en connais une, pas l’autre. Il s’avère que celle que je ne connais pas est une cousine éloignée d’un de mes potes qui était là aussi. C’est le hasard et il fait bien les choses. C’est encore quelque chose qui me plait dans le carnaval! On danse, on se repose, on mange… Et il est l’heure de partir au bal.

La scène de la Grande Salle au Kursaal Bal des Acharnés

Je pars en voiture avec les copines (il y a toujours une copine qui ne boit pas parce qu’elles vivent un peu plus loin de Dunkerque et qu’il faut conduire). C’est cool de partir en voiture, je commence à avoir mal aux pieds! Le bal du dimanche soir après la bande de Dunkerque, c’est le bal des Archarnés. Cette année, c’était leurs 50 ans. Ce qui a de bien le dimanche soir c’est qu’il y a moins de monde, moins de gamins (parce que même si c’est interdit aux moins de 18ans, il y a quand même des ados qui rentrent… ). Bref, on rentre dans le bal et on va boire un verre. On danse et on retrouve du monde. Au Kursaal, il y a au moins 2 salles: La grande salle avec en alternance des périodes de carnaval et un orchestre “populaire” et la petite salle avec un orchestre qui ne fera que de la musique “populaire”. Et on alterne entre les 2 salles et le “vestiaire” qui est une salle à lui tout seul mais sans musique. J’arrive à retrouver Chéri et je le reperds. Je retrouve les copains et je les reperds… Moi je m’éclate. Fin de soirée (il est pas loin de 4h du matin quand même), je me pose et je regarde mon téléphone. Chéri est rentré, il m’a envoyé plusieurs sms. Ça nous arrive très souvent de rentrer l’un sans l’autre. Ça ne pose pas de problème. Le problème c’est qu’il me dit qu’il s’est battu. Uhmmm, tu sais te battre, tu te démerdes! Ouais sauf que le lendemain il me dit ce qu’il s’est réellement passé. C’est autre chose!

Méga gros coup de gueule: Il y a toujours eu de la violence à Carnaval. Elle est minime face au nombre de personnes présentes. Elle est aussi encadrée: dans les bals, les services de sécurité sont partout, dans les bandes et en dehors du bal, il y a la police. Il y a toujours des connards qui veulent juste se battre ou qui ont trop bu et qui se battent. Dimanche soir, Chéri était au bar en train de parler et il y a un type qui lui est tombé dessus par derrière et qui lui a tapé sur la tronche sans raison. La sécurité a viré le type. Chéri se retrouve avec un coquard et des bosses sur la tête. Voilà, sa saison de carnaval est finie. Je comprends qu’il ne veuille plus fêter carnaval… C’est jute DÉGUEULASSE!!! Hier, à la bande de la Citadelle, je suis allée au poste de secours pour dire bonjour à un copain et sa Chérie. Ils m’ont expliqué que la bande de Dunkerque a été très violente. Que ce soit là croix rouge, les pompiers ou les flics, ils ont tous eu énormément de boulot. C’est super alarmant parce que si ça continue comme ça, on ne pourra plus faire carnaval! Bref… Ça fout les boules!

La suite arrive dans un deuxième billet!